TV sur l’ordinateur et en zone non dégroupée chez neuf le 15 avril
mail Envoyer un ami

Neuf Cegetel semble visiblement sur les nerfs après cette année plutot à l’avantage de Free : recrutements records de nouveaux abonnés de Free, plainte de neuf à propos de la licence WiMax d’IFW rejetée par l’ARCEP et le Conseil d’Etat, annonces d’un plan FTTH par Free alors que neuf annonçait vouloir proposer du VDSL quelques mois auparavant…
Toutefois, l’éternel grand rival de Free semble s’être décidé à se remettre sérieusement en selle, mais pour combien de temps ?

Neuf va proposer la TV sur ordinateur en zone dégroupée comme en zone non dégroupée

En effet, Neuf vient d’annoncer la disponibilité prochaine d’un nouveau service : la TV sur PC et ce service sera accessible en zone non dégroupée (avec un flux de 512 kbps). Ceci n’a rien de novateur puisque que Club Internet proposait déjà des chaines de TV en streaming avant de ratrapper son retard. On pourrait toutefois imaginer que neuf ne souhaite pas proposer un simple service de streaming avec la piètre qualité associée, mais souhaite proposer des chaines TV en streaming en profitant des dernières améliorations en terme de codecs vidéo afin de proposer un flux TV correct.

Les progrès de l’encodage vidéo permettent de réduire le débit nécessaire

x264S’il est vrai que depuis quelques années des progès ont été réalisés au niveau des codecs video, la bande passante nécessaire à une bonne qualité n’en reste pas moins non négligeable. La TV sur ADSL a d’abord commencé sa diffusion en MPEG2, pour actuellement migrer vers le MPEG4, permettant au choix, une meilleure qualité pour le même débit ou une qualité équivalente pour moins de débit ce qui se traduit par une accessibilité accrue pour les abonnés. Parmis ces nouveaux codec, l’un répond à la norme MPEG part 10 : l’H264/AVC ou son implémentation libre : x264. Cette classe de codec ajoute une étape par rapport à un décodage MPEG2 : l’In-loop deblocking dont le but est d’éliminer le phénomène de pixelisation sur les vidéos basse qualité diffusée en streaming. Si cette étape de décompression n’était pas incluse dans le MPEG2, c’était pour une raison simple : elle est ultra gourmande en ressource CPU (le MPEG2 datant de 1994, vous pensez bien que les proccesseurs ne calculaient pas aussi vite que maitenant). Mais encore aujourd’hui à moins de disposer d’une solide configuration qui comprend un processeur au dessus des 2GHz, ou d’une carte graphique très haut de gamme supportant la décompression matérielle, il reste difficile pour tout un chacun ne disposant pas d’une configuration si luxueuse, d’accéder à un tel service. Ceci dit la résolution d’un streaming étant ce qu’elle est, la décompression devrait être abordable pour les processeurs au dessus d’1,5GHz.

La TV en streaming, ou comment vendre l’invendable

Là où le bas blesse, c’est que Neuf annonce un débit de 512kbps or la résolution maximale atteignable selon ce bitrate est de 320×240 à raison de 30 images par seconde. La VoIP a mis un peu de temps à arriver, car on disait la qualité trop limite pour être proposée. Avec l’arrivée du GSM, on s’est aperçu que le public ne cherche pas de qualité, et que ça ne dérange visiblement personne de communiquer parfois en « inaudible sound ». Dans la course aux services que se livrent les opérateurs, on assiste donc à la mise en place de services dégradés qui, encore une fois, ne semble déranger personne.
Club-Internet, à l’époque en mal de solution propre face à la concurrence, avait proposé la TV en streaming à ses abonnés, mais utilisait bien plus que 512kbps.
Quoi qu’il en soit, ce service de TV Streamée n’est pas une offre de MultiposteTV contairement à ce qu’on peut lire deça delà le net.

Credit photo : Hana Kirana, Wikipedia, CC-BY-2.0


La TV en zone non dégroupée
?

Nous avons vu que la partie contenu peut être jouable grâce aux codecs de dernière génération, mais il reste un point à éclaircir : la mise en oeuvre de la diffusion.
Est-ce que tout les opérateurs non dégroupant sont sur la même égalité ? Certains doivent se souvenir des différentes options de collecte proposées par France Télécom, mais ce qu’il faut en retenir, parmis les options 3 et 5, c’est que l’une propose une collecte IP (option 5 – majoritairement régionale), et l’autre consiste à louer une prestation de collecte à un opérateur (ici FT) et d’effectuer une collecte ATM souvent nationale (option 3). Free collecte le trafic non dégroupé par l’option 5, de façon régionale, gardant une collecte nationale de secours, tandis que neuf collecte en national par l’option 3.
Afin de proposer le minimum de qualité nécessaire, la diffusion doit être faite en multicast, ce qui signifie qu’un signal émis peut être répliqué selon le nombre d’abonnés à servir. Pour celà, ATM comme IP ont leurs solutions : IGMP (Internet Group Management Protocol), PIM (Protocol-Independent Multicast), DVMRP (Distance Vector Multicast Routing Protocol) ou un qui peut vous paraître plus familier : RTP (Real-time Transfert Protocol).
Si ces deux technologies ô combien hétérogènes permettent chacune de leur côté la diffusion, rien n’assure un tel service du côté de la collecte France Télécom et le document décrivant l’offre de collecte de France Télécom reste muet sur ce point. En revanche, il offre la possibilité pour l’opérateur de disposer d’un second VC (Virtual Channel). Pour rappel un VC ATM est un canal virtuel encapsulé dans un VP (chemin virtuel) et permettant d’attribuer une qualité de service (QoS, priorités selon les flux) différente selon le type de VC. Exemple : dans le cas d’un VC TV, un VC VoIP et un VC Internet, la QoS sera prioritaire pour la TV et la VoIP, laissant les paquets Internet secondaires. Ce second VC pourrait pemettre d’apporter le flux TV multicast, mais la question reste entière quant à la possibilité de router du multicast sur un réseau de collecte, ATM ou IP.

Free va-t-il proposer la TV en zone non dégroupée ?

Un nouvel opérateur de collecte est dans la course depuis quelques mois, il s’agit de Completel. C’est donc à double titre une bonne chose, car il permet au choix de faire jouer la concurrence avec France Télécom ou de disposer de nouvelle solution technique. Free aurait donc pu obtenir de bons avantages.

Mais Free veut-il faire de la TV en zone non dégroupée ? A moins de disposer comme nous venons de le voir, d’une véritable solution de multicast, il n’en reste pas moins qu’une solution de streaming TV sur Internet est une bidouille sans avenir. Club-Internet l’a démontré en déployant à titre de solution provisoire, nulle doute qu’il s’agissait de calmer les foules en conservant le réservoir d’abonnés en attendant la livraison de sa solution TV.
Certes les freenautes sont habitués des solutions brutes de décoffrages et au system-D, qui fait qualifier à tord ses abonnés « Geo » de geeks primaires (la jalousie que voulez-vous… 🙂 ), mais par opposition il serait contraire à la politique de Free que de proposer une telle solution, qui serait un véritable recul dans la progression des services de qualité sur Internet, et contraire à l’innovation. De plus il paraît logique que si la volonté de Free allait dans ce sens, il aurait distribué des Freebox HD également aux non-dégroupés, afin de décoder le flux x264 que peu de machines sauront lire chez les abonnés (>2GHz) . Si subjectif que cela puisse paraître, nous sommes conscients que la dépendance que certains portent à ce media les conduiraient à regarder des flux de faible qualité tout comme les personnes qui persistent à tenter d’échanger 3 mots sur GSM par un bruit de -120dB 😉

N’oublions pas ce pour quoi nous sommes abonnés (Fournisseur d’Acces à Internet)

Liens annexes :

rfc1112 – multicast

H.264 – wikipedia

Beta test : Vous pouvez maintenant commenter les articles sans tre inscrit :-)


Dernires news de l'dition
7/4 [Reportage] Déploiement de fibre ...
11/2 Le premier Dslam corse activé !
1/2 Lancement de Free-Reseau.fr, l'ét...
14/1 Confirmation : la Freebox révolut...
13/1

Rechercher un article
Action Iliad
Partager ...

  • Bookmark and Share
Sous catgories
Editions
Les tutoriaux
Activation de DSLAM
Flux RSS