Apple accuse les mobiles Android d’être un virus ‘passoire’

Apple accuse les mobiles Android d’être un virus ‘passoire’

Un rapport présenté par Apple soutient que les mobiles Android ont entre 15 et 47 fois plus d’infections de logiciels malveillants que les iPhone qu’ils fabriquent

Les mobiles Android ont entre 15 et 47 fois plus d’infections de ‘logiciels’ malveillants ou ‘malware’ que les appareils qui disposent du système d’exploitation iOS, selon Apple dans un rapport récent intitulé Building a Trusted Ecosystem for Millions of Apps, une donnée identifiée dans la slideloading ou téléchargement latéral d’apps.

La société note dans son rapport que les terminaux qui n’ont pas été fabriqués par Apple sont plus susceptibles d’être piratés et infectés par des virus malveillants qui mettent en danger les données personnelles de leurs utilisateurs.

En plus de souligner cette donnée, la marque cofondée par Steve Jobs a affirmé dans ce document que « près de 6 millions d’attaques par mois » ont été détectés par la société de cybersécurité Kaspersky Lab en 2020 sur les appareils mobiles Android de ses clients.

Pour sécuriser ces données, Apple a mentionné dans ce rapport que la vulnérabilité d’Android est due au slideloading, c’est-à-dire l’installation d’applications de sources externes à un magasin d’applications officiel et sécurisé.

« Depuis Android prend en charge le téléchargement latéral, les logiciels malveillants ont pu se propager sur cette plate-forme plus facilement. Cela fait des ‘smartphones’ d’Android les objectifs les plus communs », a expliqué la société dans ce rapport.

Avec cela, ce document détaille que « les cybercriminels et les pirates informatiques sont basés sur le chargement latéral pour diffuser des applications pirates, le piratage et le vol de la propriété intellectuelle », ce qui, selon Apple, est un désavantage par rapport à leurs appareils.

Apple a défendu son système de sécurité et a assuré dans ce rapport que, dans le cas où une ‘app’ malveillante interfère dans votre système par l’intermédiaire de l’App Store, la société la supprime et verrouille avec précaution de ses futures variantes.

Elle s’est également appuyée sur les données de l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA) pour souligner la sécurité offerte par ses dispositifs. Celui-ci a signalé la détection de 230.000 nouvelles infections par des logiciels malveillants mobiles chaque jour au cours de 2019 et les premiers mois de 2020 sur des plates-formes qui prennent en charge le chargement latéral comme Android.

Un autre point qu’il a souligné en sa faveur est la faible nécessité pour les utilisateurs iOS d’installer un programme antivirus, ce qui se passe sur les plates-formes qui acceptent le téléchargement latéral, ce qui génère un coût : 3,4 milliards de dollars par an sur ces services. Et on estime qu’en 2021, il y a 1,3 milliard de dispositifs dotés d’une solution de sécurité, soit quatre fois plus qu’en 2016, comme l’indique le rapport.

Dans l’ensemble, les données fournies par le rapport indiquent qu’au cours des quatre dernières années, les ordinateurs Android ont identifié 15 à 47 fois plus d’infections que les téléphones iPhone.

Thomas GROLLEAU

Thomas GROLLEAU est un passionné du journaliste et d'internet depuis plus de 25 ans. Il a créé le site Journal du Freenaute pour partager sa passion au plus grand nombre. Il est le responsable de la rédaction. Thomas vous fera aimer les informations relatives à l'informatique.