Chargeur universel pour smartphone imposé par l’Union européenne

Chargeur universel pour smartphone imposé par l’Union européenne

Fini les chargeurs poussiéreux qui s’entassent dans vos tiroirs. Selon les informations des Échos que nous avons pu confirmer, l’Union européenne va dévoiler ce jeudi une proposition de directive imposant aux fabricants de smartphones et autres appareils électroniques de se doter d’un chargeur unique interopérable.

Les premières pressions non contraignantes de l’UE ont permis de considérablement uniformiser le marché des smartphones, en faisant passer le nombre de chargeurs différents de 30 en 2009, à trois aujourd’hui. Mais, lasse du manque de coopération des derniers réfractaires et conformément à la volonté des eurodéputés, la commission européenne a finalement décidé de légiférer sur le sujet. Qu’est-ce que ça change pour les consommateurs ? Comment, et quand, cette directive va se mettre en place ?

 

Des chargeurs à la même vitesse

Si celui-ci était adopté, les citoyens pourraient bientôt emprunter les chargeurs de leurs collègues ou de leurs amis quand nous aurons oublié le leur. Car Bruxelles entend imposer la présence d’un port universel sur tous les téléphones portables, mais aussi toutes les tablettes, tous les casques audio ou encore les enceintes Bluetooth, de format USB-C, le nom technique de cette norme qui équipe déjà de nombreux smartphones.

Selon une source européenne, le texte prévoit aussi que les chargeurs devront fonctionner à la même vitesse sur tous les appareils, quelle que soit la marque, et les fabricants seront contraints de proposer des téléphones sans chargeur à la vente. D’après la Commission, cela permettrait d’éviter près de 1.000 tonnes de déchets électroniques par an en Europe. Bruxelles table sur une entrée en vigueur de cette réglementation dans moins de trois ans.

 

De l’USB-C pour tout le monde

Si cette directive européenne est adoptée, tous les smartphones, mais aussi les tablettes, les casques audio et les enceintes musicales seront dotées d’un port USB-C (ce dont disposent déjà la plupart des fabricants de smartphones, à l’exception d’Apple et son port Lightning sur iPhone). Les chargeurs, eux, seront interchangeables et pourront ainsi être utilisés quelle que soit la marque de votre appareil. Un fabricant pourra toujours décider de conserver la connectique qui lui est propre, mais il sera alors dans l’obligation de fournir un deuxième port permettant de brancher un câble USB-C.

Les derniers iPad sont déjà passés à l’USB-C

Seul, Apple conserve toujours son fameux câble au format propriétaire et la marque a d’ailleurs juré de ne pas le remplacer. Pourtant, la firme a finalement opéré un glissement progressif et discret vers l’USB-C cette année. La norme est désormais intégrée à ses Macbook dotés de la puce M1. C’est même l’USB-C qui remplace le précédant système d’alimentation sur les Macbook Air. Même son dernier iPad Pro ainsi que le reste de la toute nouvelle gamme d’iPad ont substitué la prise Lightning par un connecteur USB-C. Mais, du côté des iPhone, cette prise propriétaire reste toujours de mise. Il y a donc des chances pour qu’Apple courbe l’échine et généralise ce type de connecteur. À moins qu’il innove en supprimant la fameuse prise pour opter pour un iPhone dénué de connecteurs pour une connexion et une recharge 100 % sans fil.

 

De la grogne chez Apple

Si Nokia fait figure de bon élève, ce n’est pas le cas d’Apple, maître en la matière de connectique spécifique, qui s’inquiète de cette obligation. Dans une déclaration au Financial Times en janvier dernier, la firme de Cupertino regrettait une mesure « qui freine l’innovation plutôt que de l’encourager, et nuira aux consommateurs européens ainsi qu’à l’économie dans son ensemble ». Plus d’un milliard de smartphones et d’accessoires sont munis d’un port Lightning, argue la marque à la pomme, pour qui un passage à l’USB-C reviendrait à créer « un volume de déchets électroniques » sans précédent.

 

Matthieu CHARRIER