DevOps est une approche de la livraison de logiciels qui intègre le processus de développement aux tâches d’exploitation des services. Une mise en œuvre efficace de DevOps permet d’augmenter le débit en améliorant l’efficacité et en réduisant les cloisonnements entre les équipes.

Bien que la culture d’équipe soit un élément important de DevOps, le succès dépend également de l’utilisation des bons outils pour créer des flux de travail sans friction. Dans cet article, nous allons examiner sept technologies que vous devriez inclure dans votre arsenal DevOps. Elles vous aideront à automatiser votre pipeline de livraison et à encourager la collaboration interdisciplinaire.

Gestion collaborative des sources

Les dépôts de sources à contrôle de version sont essentiels à DevOps. Des services tels que GitHub et GitLab permettent de centraliser le stockage du code et de le rendre accessible à toutes les personnes impliquées dans un projet.

Les dépôts doivent rester ouverts autant que possible, car il est souvent utile pour les non-développeurs d’accéder au code et d’y apporter des modifications mineures. Cela crée un flux de travail plus rationnel où chacun peut contribuer de sa propre initiative. Les modifications peuvent toujours être revues par un développeur avant d’être fusionnées dans la branche principale.

Votre fournisseur de contrôle de source doit s’intégrer aux autres outils de cette liste. Il représente la source de vérité de votre projet, où tous les éléments constitutifs sont conservés en sécurité. Vous pouvez l’entourer d’une couche d’automatisation pour tester continuellement les changements et les mettre en production.

Gestion des projets et des problèmes

Il est également essentiel de disposer d’un système central de gestion des tâches. Celui-ci peut être intégré à votre plateforme de contrôle de source, comme la fonctionnalité Issues de GitHub et GitLab, ou vous pouvez utiliser une solution externe qui cible spécifiquement la gestion de projet. Jira et Trello sont deux choix populaires.

Les questions doivent également être ouvertes à tous, comme le code de vos dépôts de sources. En rendant votre backlog visible dans toute l’organisation, vous informez les équipes de votre direction d’ingénierie. Cela permet également aux individus de vérifier si un problème est déjà connu, ce qui réduit le risque de duplication. Le personnel d’assistance, les responsables de comptes clients, les testeurs d’assurance qualité et les chefs de projet doivent tous pouvoir contribuer aux problèmes en fonction de leurs propres découvertes, exigences et priorités.

Canaux de communication

Le succès de DevOps dépend de l’existence de canaux de communication directs entre les différentes équipes. Vous ne parviendrez pas à un processus de développement totalement intégré si les équipes ne se parlent pas. Les développeurs pourraient être inconscients des problèmes survenant en production, tandis que les opérateurs pourraient ne pas apprécier le raisonnement qui sous-tend certaines décisions d’ingénierie.

Les outils de communication asynchrone sont essentiels pour faire tomber ces barrières. Les solutions de chat comme Slack, Mattermost et Rocket Chat permettent des discussions animées qui gardent tout le monde sur la même longueur d’onde.

Un manuel central définissant les principales approches d’ingénierie, les stratégies opérationnelles et les objectifs commerciaux est un autre atout utile. Un site web interne, un wiki ou un carnet de notes numérique permet de diffuser des informations à jour en utilisant un modèle en libre-service. Cela permet aux individus de rester productifs lorsqu’ils se heurtent à un obstacle.

Tests automatisés

Les tests automatisés augmentent la qualité et la cohérence des logiciels. L’automatisation et les tests sont deux composantes fondamentales de DevOps ; les combiner rend chacune d’elles plus puissante.

L’exécution de tests sur chaque livraison de code vous donne l’assurance que vous pouvez déployer en toute sécurité à tout moment. Les tests automatisés permettent aux non-développeurs d’apporter des modifications simples au code sans risquer de provoquer une régression non détectée. L’augmentation de la couverture des tests est l’un des meilleurs moyens de trouver de nouveaux bogues et d’éviter qu’ils ne se reproduisent.

Il existe plusieurs types de tests que vous pouvez exécuter. Les tests unitaires sont les plus simples, ils ciblent des fonctions spécifiques du code de manière isolée. Les tests d’intégration constituent une étape suivante logique, car ils vérifient les interactions entre plusieurs unités. Les tests de bout en bout examinent des flux d’utilisateurs entiers, par exemple la possibilité d’atteindre la page d’inscription, de remplir le formulaire et de créer un nouveau compte utilisateur dans la base de données.

Pipelines d’intégration continue (CI)

Les pipelines d’intégration continue (CI) sont utilisés pour exécuter automatiquement des actions à chaque fois que le code change dans votre dépôt. Les implémentations de l’IC sont intégrées dans la plupart des systèmes de contrôle de source populaires, tels que GitHub et GitLab, et sont également disponibles en tant que plateformes autonomes comme Travis et Jenkins.

Le rôle du CI est d’intégrer les nouvelles modifications dans le code existant de votre projet. Ils sont le plus souvent utilisés pour mettre en œuvre les routines de test automatisées abordées dans la section précédente. Les pipelines peuvent également exécuter des linters, analyser votre code à la recherche de problèmes de sécurité et effectuer toute autre vérification nécessaire avant que les changements puissent être considérés comme prêts à être utilisés.

La livraison continue (CD) est un sujet étroitement lié. Un pipeline de CD est généralement exécuté après le CI. Il contient des étapes qui construisent, déploient et publient votre projet automatiquement, une fois que les nouvelles modifications ont été intégrées. Une mise en œuvre efficace de la CD vous permettra de livrer un nouveau code sans aucune intervention manuelle, tout en offrant une option de retour en arrière fiable en cas de problème.

Plateforme Observability

L’observabilité est un pilier de l’état d’esprit DevOps. La capacité de surveiller avec précision des systèmes en direct vous permet de détecter rapidement les nouveaux problèmes et de développer des correctifs en conséquence.

Les meilleures solutions d’observabilité seront capables d’agréger les métriques, les journaux et les traces de toutes vos applications. Les données recueillies doivent être utilisées pour assembler des tableaux de bord visuels qui vous donnent un aperçu immédiat des performances de votre service. Des alertes automatisées peuvent appeler les équipes d’astreinte en cas de problème, ce qui permet de réduire les temps d’arrêt et les coûts associés.

Prometheus est l’une des solutions d’observabilité les plus populaires. Elle est souvent associée à des technologies telles que Grafana et Elasticsearch afin de présenter des informations utiles dans un format accessible. La mise en place d’une pile d’observabilité prend du temps, car il faut déterminer quelles mesures collecter et comment les présenter, mais le travail est payant car il permet de mieux connaître la santé du système.

L’infrastructure en tant que code

Les outils IaC (Infrastructure as Code) automatisent la mise en place et la maintenance des ressources des serveurs en nuage. Les composants de l’infrastructure sont définis sous forme de fichiers de configuration textuels dans un référentiel versionné. L’outil IaC interagit avec l’API de votre fournisseur de cloud computing pour créer des services dans votre compte au fur et à mesure que vous envoyez de nouveaux fichiers.

L’IaC donne lieu à une infrastructure reproductible où les modifications peuvent être auditées, examinées et suivies dans le temps. Vous pouvez exprimer des environnements physiques complexes à l’aide de règles de configuration relativement simples. Les différences entre les nuages sont abstraites pour vous, ce qui facilite le passage d’un nuage à l’autre.

Ansible et Terraform sont deux des outils IaC les plus populaires. Ils sont normalement utilisés dans le cadre d’un pipeline CI, de sorte que les modifications apportées aux nuages sont automatiquement appliquées lorsque vous apportez des changements à votre configuration source. Les développeurs peuvent également utiliser l’IaC pour créer des environnements d’ingénierie temporaires qui imitent de près la production.

Conclusion

Le succès de DevOps dépend de la configuration de plusieurs outils pour travailler à l’unisson. Le travail commence sous forme de tickets dans un système de gestion de projet centralisé. Le code est ensuite enregistré dans un dépôt de sources à version contrôlée, où il peut être testé automatiquement dans le cadre d’un pipeline de CI. Les changements sont ensuite déployés sur l’infrastructure qui est fournie à la demande par un fournisseur IaC. Les charges de travail de production doivent être surveillées en permanence à l’aide d’une suite d’observabilité, ce qui permet de détecter et de résoudre rapidement les régressions.

L’adoption de cette chaîne d’outils conduit à un flux de travail entièrement intégré qui bénéficie d’une automatisation poussée. De nouvelles révisions peuvent être déployées en permanence grâce à un modèle de développement itératif qui permet à chacun de contribuer. Les développeurs et les opérateurs peuvent se concentrer sur les éléments uniques de leur travail, au lieu de créer manuellement des déploiements et d’en vérifier les problèmes. Cela signifie que vous pouvez expédier du code de meilleure qualité à une cadence accrue.