Jump to content
Journal du Freenaute : Les forums
Sign in to follow this  
corrector

Collecte IP/FTTH?

Recommended Posts

Bonjour,

 

Est-ce que Free Infra a formalisé ou préparé une offre de collecte pour le FTTH?

Edited by corrector

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aucune idée mais on peut toujours lire la position de Free concernant les offres de bitstream sur FTTH :

 

[...] Enfin, s’il est possible d’envisager une livraison des accès au niveau du NRO sous forme de VLAN Ethernet, ce qui constitue une avancée par rapport aux offres actuelles de bitstream ADSL, une telle possibilité se heurte en pratique à plusieurs considérations d’ordre technique et opérationnel. En premier lieu, pour être viable à ce stade, cette option exclut toute possibilité pour l’opérateur tiers de proposer un autre terminal que celui de l’opérateur de l’accès, compte tenu de l’absence d’interopérabilité des équipements d’extrémité. En second lieu, une telle option impose également à l’opérateur d’accès de déployer des équipements de concentration à même de pouvoir isoler les flux en provenance d’abonnés d’opérateurs tiers pour les livrer de façon distincte sur les interfaces qui leur seraient dédiées. Or à ce jour, la disponibilité de tels équipements d’accès reste confidentielle et en tout état de cause le surcoût induit, qui au final se traduira sur les tarifs du bitstream, est loin d’être négligeable.
Edited by Marc

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aucune idée mais on peut toujours lire la position de Free concernant les offres de bitstream sur FTTH :

compte tenu de labsence dinteropérabilité des équipements dextrémité.

Suis-je le seul à me demander si le port SFP n'est pas là pour permettre l'intérop avec d'autres OLT que ceux de Free?

 

En second lieu, une telle option impose également à lopérateur daccès de déployer des équipements de concentration à même de pouvoir isoler les flux en provenance dabonnés dopérateurs tiers pour les livrer de façon distincte sur les interfaces qui leur seraient dédiées. Or à ce jour, la disponibilité de tels équipements daccès reste confidentielle

Je vois pas tellement la difficulté là - même, ça me semble carrément trivial. Peut-être que j'ai manqué quelque chose.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Suis-je le seul à me demander si le port SFP n'est pas là pour permettre l'intérop avec d'autres OLT que ceux de Free?

Le fait que tu parles d'un OLT signifie que tu veux parler d'une architecture xPON, non?

Si tu parles d'une architecture xPON, il serait peut être physiquement possible de connecter un transceiver xPON mais cela ne fonctionnera pas car la Freebox O ne dispose pas de l'électronique nécessaire pour faire du xPON, électronique qui nécessite encore à l'heure actuelle un boîtier d'une taille à peu près similaire au routeur (la LiveBox et la NeufBox4/5 nécessitent un ONT séparé).

Références :

http://www.journaldufreenaute.fr/outils/nspy.php?post=8268

http://www.journaldufreenaute.fr/outils/nspy.php?post=8575

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le fait que tu parles d'un OLT signifie que tu veux parler d'une architecture xPON, non?

Pas forcément, je parle de faire du bitstream (Ethernet) sur un autre réseau.

 

Je pense que le multicast doit être possible, non?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petite question pas si HS que cela : comment fonctionnent les réseaux fibrés qui sont pour partie en PON et pour partie en P2P ? Nos opérateurs nationaux peuvent-ils sérieusement développer une solution franco française différente de ce que leurs fournisseurs déploient ailleurs ?

Edited by Argus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Petite question pas si HS que cela : comment fonctionnent les réseaux fibrés qui sont pour partie en PON et pour partie en P2P ? Nos opérateurs nationaux peuvent-ils sérieusement développer une solution franco française différente de ce que leurs fournisseurs déploient ailleurs ?

 

En zone très dense (148 communes en France, cf. http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/doss...-ztd-220609.pdf ), chacun déploie son réseau jusqu'en bas d'immeuble, il n'y a pas de mutualisation obligatoire. Après Free (par exemple), déploie une infrastructure P2P jusqu'aux foyers, on peut faire du PON dessus (mais on peut pas faire du P2P sur une infrastructure PON) et donc les opérateurs pourraient s'accorder pour faire de la mutualisation en zone très denses en déployant des infrastructures P2P. Mais certains vous diront qu'ils vont faire des économies en déployant une infrastructure PON. Dans l'immeuble c'est en éventuellement multifibre, l'infrastructure est donc plus ou moins mutualisé.

 

En dehors des zones très denses, c'est encore en cours de discussions. Mais en gros on s'oriente vers un truc qui dit que si un opérateur déploie à un endroit, ils proposent à d'autres de co investir pour le déploiement de l'infra. Là il y aura mutualisation jusqu'au point de mutualisation. Certains (Orange notamment) disent qu'il faut mettre des points de mutualisation au niveau des armoires de rue et d'autres comme Free et Bouygues disent qu'il faut mettre le point de mutualisation au niveau NRO (là où il y a les équipements actifs).

 

Tout ça est expliqué sur le site de l'ARCEP, il suffit de lire, c'est compréhensible. Il y a la position de chacun des acteurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour cet excellent résumé, mais je n'y trouve pas réponse à la deuxième question : que se passe-t-il ailleurs qu'en France ? L'excellence des conceptions évoquées devra composer avec les solutions déjà déployées à l'étranger par les fournisseurs (CISCO par exemple), car il semble improbable d'imaginer un modèle technique spécifique qui n'existerait que chez nous.

Edited by Argus

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention, la sous-boucle locale entre le point de mutualisation (ou point de flexibilité) et la prise abonné est toujours "P2P".

 

Quand on parle de FTTH P2P, on c'est pour indiquer qu'il existe une boucle locale entre le NRO et l'abonné, dédiée à cet abonné, assurant la propagation électromagnétique, tout comme la paire de cuivre téléphonique.

 

Le PON désigne le fait d'avoir une boucle locale partagée par plusieurs prises optiques, assurant la propagation électromagnétique entre plusieurs prises abonnés et une fibre au NRO. Le PON est conceptuellement équivalent au câble de ville, qui assure la propagation électromagnétique entre d'un coté plusieurs prises abonné et de l'autre un terminal optique; ces média sont partagés. Un autre média partagé bien connu est l'espace dans lequel nous sommes. Son utilisation est, pour tout ce qui traverse les murs, réglementée.

 

Les xPON désignent les technologies qui exploitent le média PON.

 

Tous les média sont des conducteurs électromagnétiques (sauf le pigeon voyageur), ils sont donc spectralement divisibles en média plus petits : les fréquences radio sont affectées réglementairement à différents usages, la paire téléphonique est divisée entre téléphonie classique et ADSL. Dans ce dernier cas, l'infrastructure est partagée, mais on conceptuellement il y a deux média qui ne sont pas partagés.

 

La boucle locale optique est assez grande pour être divisée en quelques morceaux; mais si les morceaux sont trop petits, ils deviennent extrêmement couteux à exploiter (nécessité de climatiser l'émetteur!).

 

Sur un média, une technologie doit être choisie, ou des technologies compatibles. Ainsi Wifi b, g en n peuvent cohabiter parce qu'elles sont étudiées pour. Les CPL HomePlug 1.0 et HomePlug AV aussi : il y a un protocole commun entre HomePlug 1.0 et HomePlug AV qui décrit comment on évite que tout le monde parle en même temps.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
En dehors des zones très denses, c'est encore en cours de discussions. Mais en gros on s'oriente vers un truc qui dit que si un opérateur déploie à un endroit, ils proposent à d'autres de co investir pour le déploiement de l'infra.

En zone très dense aussi le co-investissement dans un bouquet de sous-boucles dédiées est la solution mise en avant par Free, qui résout les problèmes suivants :

  • coté particuliers :
    • les gestionnaires d'immeubles ne veulent qu'un intervenant pour le fibrage et la maintenance, un responsable en cas de problèmes sur l'infrastructure, les habitants ne veulent pas que les cages d'escaliers soient en permanence en travaux ;
    • les abonnés veulent pouvoir changer facilement d'opérateurs FTTH, sans qu'un déplacement soit nécessaire, sans que chaque changement n'ampute l'infrastructure ;
    • quelques clients voudront avoir plusieurs abonnements FTTH ;
  • et coté opérateurs, cela règle la question très délicate de la fixation du tarif de location de la fibre en fonction du risque pris par l'investisseur, du nombre d'abonnés, etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Certains (Orange notamment) disent qu'il faut mettre des points de mutualisation au niveau des armoires de rue et d'autres comme Free et Bouygues disent qu'il faut mettre le point de mutualisation au niveau NRO (là où il y a les équipements actifs).

Mais c'est bien là la question : est-ce que les NRO peuvent recevoir des équipements actifs tiers?

 

C'est une question contractuelle mais aussi bassement pratique : y a t-il la place dans le NRO, et la clim est-elle suffisante pour de la puissance supplémentaire?

 

S'il faut amener un faisceau de fibres pour livrer le signal plus loin, c'est carrément moins pratique pour un FAI alternatif, et plus couteux. En plus, la construction d'un NRO P2P aura déjà peut-être saturé la place disponible pour les câbles optiques...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'après les descriptions, il semble que les NRO PON réclament beaucoup moins de volume que les P2P, ne serait-ce qu'en raison de la câblerie. Mais un autre élément est à prendre en compte : un NRO n'est naturellement pas dimensionné pour héberger 100% de toutes les lignes qu'il couvre. Autrement dit chaque opérateur y définit une capacité objectif de sa part de marché, plus un développement. Mais sauf implantation évolutive, le développement avec ou sans mutualisation nécessitera des NRO ultérieurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
D'après les descriptions, il semble que les NRO PON réclament beaucoup moins de volume que les P2P, ne serait-ce qu'en raison de la câblerie.

Il parait effectivement assez clair qu'un module optique par immeuble prend moins de place qu'un par abonné.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mais un autre élément est à prendre en compte : un NRO n'est naturellement pas dimensionné pour héberger 100% de toutes les lignes qu'il couvre. Autrement dit chaque opérateur y définit une capacité objectif de sa part de marché, plus un développement. Mais sauf implantation évolutive, le développement avec ou sans mutualisation nécessitera des NRO ultérieurs.

 

Je ne suis pas d'accord. Il me semble que les NRO sont ouverts pour couvrir l'ensemble des lignes qu'ils desservent côté passif comme côté actif.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plus précisément, aucun opérateur ne dimensionne ses NRO pour 100% car il n'atteindra jamais ce taux ! S'agissant d'Iliad, l'objectif officiel annoncé fin août est 25% des lignes : or la part de marché ADSL ne peut pas être transposée à la FTTH pour des raisons évidentes. Donc à part les quelques zones où Free surperforme (i.e. Paris Nord ou Cergy par exemple - 33 à 50% des lignes FT), ce serait un monstrueux gâchis financier de dépasser ces 25% de capacité installée : à la limite dans 5 ans, Free pourrait acheter d'autres locaux pour les NRO qui manqueraient, mais il est très douteux que ceux qui existent dépassent ces 25%. C'est d'ailleurs exactement la même chose pour les fibreurs GPON, aux contraintes de MOE près.

 

Attention aussi à la fâcheuse tendance d'Iliad à travestir la réalité dans ses annonces : certains commentaires éclairés ont été saignants à propos de la confusion douteuse entre logements fibrés et logements éligibles ! On retrouve un petit mensonge de ce genre dans la récente annonce des "accords" qui rendraient éligibles plusieurs centaines de logements : ce n'est pas impossible techniquement mais ne repose sur rien d'autre que la crédulité des lecteurs !

Edited by Argus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Plus précisément, aucun opérateur ne dimensionne ses NRO pour 100% car il n'atteindra jamais ce taux ! S'agissant d'Iliad, l'objectif officiel annoncé fin août est 25% des lignes : or la part de marché ADSL ne peut pas être transposée à la FTTH pour des raisons évidentes.

Tu parles des clients Free FTTH seulement, ou des clients sur boucle locale FTTH Free Infra (Free + dégroupage + collecte)?

 

Donc à part les quelques zones où Free surperforme (i.e. Paris Nord ou Cergy par exemple - 33 à 50% des lignes FT), ce serait un monstrueux gâchis financier de dépasser ces 25% de capacité installée : à la limite dans 5 ans, Free pourrait acheter d'autres locaux pour les NRO qui manqueraient, mais il est très douteux que ceux qui existent dépassent ces 25%. C'est d'ailleurs exactement la même chose pour les fibreurs GPON, aux contraintes de MOE près.

Encore faut-il pouvoir faire cela dans le premier NRO : brasser, cela prend de la place.

 

C'est d'ailleurs exactement la même chose pour les fibreurs GPON, aux contraintes de MOE près.

Je ne comprends pas. Tu veux dire qu'un opé GPON ne prévoir d'avoir des clients que dans 30 % des immeubles? :o

Share this post


Link to post
Share on other sites

Désolé Corrector, mais je ne parle pas aux malotrus. La moindre des courtoisies quand quelqu'un se donne la peine de passer du temps sur tes déboires personnels, c'est de remercier.

Edited by Argus

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ceux qui manifestement ont un peu de peine avec l'arithmétique, qu'ils constatent ce qui s'est passé sur leur NRA pour l'ADSL : depuis 5 ans plusieurs DSLAMS ont certainement été ajoutés au(x) premier(s), correspondant à l'augmentation de PDM. Nulle part on n'a constaté que Free ou un autre opérateur aurait installé des DSLAMS restés vides plusieurs années.

 

De même, si les locaux loués ou achetés pour les NRO sont de taille imposante, il est tout simplement crétin d'imaginer qu'ils ont la capacité de raccorder 100% des lignes dès leur mise en service. Ces actifs sans aucune rentabilité feraient fuir tout investisseur.

Edited by Argus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Désolé Corrector, mais je ne parle pas aux malotrus. La moindre des courtoisies quand quelqu'un se donne la peine de passer du temps sur tes déboires personnels, c'est de remercier.

lol

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...