Free dynamite le marché des terminaux

Free dynamite le marché des terminaux

En pleine urgence climatique, il n’est probablement pas très judicieux pour un opérateur télécoms de favoriser coûte que coûte le renouvellement du parc de smartphones. En France, Free s’inscrit dans cette tendance en «réinventant» le financement d’un nouvel appareil…

Après une campagne de teasing axée sur la transparence mettant en scène rien de moins que Xavier Niel, fondateur de Free et propriétaire de Salt, le trublion hexagonal des télécoms a lancé sa nouvelle formule «Free Flex». Selon l’opérateur, il devient ainsi possible d’acquérir un smartphone en étalant son prix sans aucun frais, grâce à la location avec une option d’achat.

« Je mets au défi la concurrence de répliquer à Free Flex sans perdre 10 à 15 % de leur chiffre d’affaires. » Si une phrase devait résumer la confiance qu’inspire la nouvelle formule d’abonnement proposée par Free Mobile, ce serait probablement celle-ci, prononcée par son directeur général Thomas Reynaud lors de la présentation du dernier coup de poker de l’opérateur.

Comme nous vous l’expliquions hier, Free Flex est la réponse de Free au système des smartphones subventionnés. Le principe est assez proche de ce que proposent déjà d’autres opérateurs : vous payez un prix d’entrée pour un smartphone loué avec un forfait, puis un loyer de 24 mois et, si le cœur vous en dit, bénéficiez d’une option d’achat finale qui fait de vous l’unique propriétaire de ce terminal que vous côtoyez depuis deux ans.

 

Free FLEX : c’est quoi ?

Free Mobile a choisi d’innover en proposant sa nouvelle offre FLEX. Cette dernière permet d’étaler le paiement de son nouveau smartphone sur 24 mois, mais sans le lier à un forfait mobile. Les forfaits mobiles restent ainsi au même prix, pas d’augmentation. Si vous êtes intéressés par Free FLEX, vous paierez distinctement des mensualités pour l’acquisition de votre portable. Hors de question de changer le prix des abonnements pour couvrir le prix d’un mobile, et de continuer à facturer un prix prohibitif une fois le mobile payé !

Autre point important, l’achat d’un smartphone avec Free FLEX est flexible et n’est soumis à aucun engagement. Il est possible de payer des mensualités pendant 24 mois, puis d’acheter, de rendre son mobile ou de prolonger sa location. Enfin, si vous souhaitez acheter et devenir propriétaire de votre mobile avant la fin des 24 mois, cela demeure possible. Il vous suffit de régler les mensualités restantes et l’option d’achat depuis l’Espace Abonné.

 

Le prix réel du smartphone

Free estime qu’il s’agit de la solution idéale pour accéder au combiné intelligent de son choix en gardant un forfait sans engagement. Les forfaits mobiles Free restent au même prix et les mensualités du forfait sont distinctes de celles du mobile, selon un communiqué de presse de l’opérateur français.

Free précise que l’abonné peut acheter son mobile à tout moment. Au bout des 24 mois, il peut le restituer ou bien sûr en devenir propriétaire. Free souligne que le prix du mobile est étalé sans aucun frais sur 24 mois. En cas d’achat, on ne paye pas son mobile plus cher que son vrai prix, précise encore l’opérateur. (Reste à savoir ce qu’est le vrai prix…).

 

Transparence et rabais

La différence sur laquelle mise Free par rapport à ses concurrents ? La transparence. Les coûts du téléphone et du forfait sont séparés ; ce dernier reste sans engagement et ne voit pas son tarif modifié, que vous preniez un smartphone ou non. Au final, après les 24 mensualités et les deux investissements additionnels, Free s’engage à ce que votre téléphone ne vous coûte pas plus que son prix sur le marché au moment de l’achat.

L’autre argument de vente de l’opérateur d’Iliad, c’est donc le tarif du smartphone, qui n’est supposément pas gonflé artificiellement par un forfait hors de prix comme c’est souvent le cas avec les approches subventionnées plus classiques. Approches que Free fustige d’ailleurs depuis des années, jusqu’à attaquer ses concurrents en justice.

Un coup de communication bien vu !

Free précise encore que tous les téléphones mobiles restitués sont reconditionnés ou recyclés. Il souligne aussi que cette offre n’incite pas au renouvellement anticipé du combiné, car l’abonné bénéficie pour son forfait au prix Free qui est le même avec ou sans téléphone. Déjà une première étape vers un peu plus de durabilité?

Free signe visiblement un beau coup de communication qui ne résout pas tous les problèmes, mais constitue un premier pas dans la bonne direction. La balle est dans le camp des consommateurs et des constructeurs qui sont amenés à faire le maximum pour faire durer les appareils, les recycler et les concevoir en ce sens. Il reste vraiment encore beaucoup à faire…

 

Méthodologie de Free

Nous avons choisi trois modèles de smartphones plutôt très en vogue, pour trois paliers de prix : l’iPhone 12 64 Go, affiché à 749 € chez plusieurs e-commerçants, le Samsung Galaxy S20 FE, que l’on trouve à un peu moins de 580 €, et le Xiaomi Mi 10T 5G, vendu à 358 €. Du côté des forfaits, nous avons pris l’offre de chaque opérateur la plus proche de la formule de base de Free, à savoir un forfait 5G incluant 150 Go de données mensuelles, vendu à 19,99 € par mois. A chaque fois, nous avons calculé le montant total payé sur 24 mois pour le forfait + le smartphone, en comptant les éventuelles hausses de prix après un an.

 

Des différences de prix du simple au double entre Free flex et les offres concurrentes de forfait avec mobile

Illustrons les différences de prix avec des exemples concrets. En commençant par la crème de la crème, c’est à dire l’iPhone 12 Pro MAX 128 Go. Si on opte pour ce smartphone accompagné du forfait Free mobile 150 Go : le prix total sur 24 mois sera de 1738,52€. En comparaison avec les forfaits 150 Go des autres opérateurs et le même modèle de smartphone, on paiera 2068,76€ chez Orange, 2221,66€ chez Bouygues Télécom, et 1981€ chez SFR (on prend le forfait SFR 160 Go comme équivalent ici). Rien qu’avec ce modèle haut de gamme, on observe à quel point Free flex nargue ses opposants.

Et sur des modèles moins onéreux que ceux de la firme Apple, les différences de prix se creusent encore plus. En fait, on trouve même des différences qui dépassent le double du prix entre Free flex et les autres opérateurs avec des modèles comme le Samsung Galaxy A12, le Xiaomi Redmi Note 10 ou encore l’Oppo A54. En sachant que toutes les comparaisons n’ont pas été faites et qu’il y a sans doute d’autres modèles dont les prix sont tout aussi différents avec Free flex. Chacun pourra s’en faire une idée en se rendant sur les sites de chaque opérateur selon le modèle qui intéresse en particulier.

Certaine des plus grandes différences de prix constatées avec Free flex :

  • le Samsung Galaxy A12 + forfait mobile est à 668,52€ sur Free flex contre 1500,76€ avec Bouygues Télécom ;
  • un Xiaomi Redmi Note 10 à 708,52€ sur Free flex, 1380,76€ avec Orange ;
  • le Oppo A54 à 708,52€ aussi sur Free flex, 1500,76 avec Bouygues Télécom.

Avec de telles différences de prix, Free flex a de quoi distancier la concurrence sur ce marché. Cela s’explique surtout par le fait qu’il n’y ait pas de surcoût et que le forfait data soit totalement distinct du smartphone lors des paiements. Aussi, les remises sur l’un comme sur l’autre sont véritablement telles que visibles au premier regard.

 

 

Finalement, cette révolution arrive en plusieurs étapes, dont la première a été le lancement de la 5G avec un réseau national dès le lancement, un tarif qui ne bouge pas et un forfait qui a gagné en data, passant de 100Go à 150Go pour les non abonnés Freebox. Le deuxième étage de la fusée concerne bien, comme annoncé, la distribution et les terminaux, avec le lancement ce mardi de Free Flex, qui permet de bénéficier d’un smartphone sans se ruiner. Ces deux nouveautés auraient d’ailleurs dû être annoncées ensemble.

 

 

Sébastien