Les implants qui, selon Musk, pourraient permettre aux personnes paralysées de marcher ont déjà été testés sur un macaque et un cochon.

La startup de puces cérébrales de l’entrepreneur milliardaire Elon Musk s’apprête à lancer des essais cliniques chez l’homme.

Des puces cérébrales

Musk, qui a cofondé Neuralink en 2016, a promis que la technologie « permettra à une personne paralysée d’utiliser un smartphone avec son esprit plus rapidement qu’une personne utilisant ses pouces ».

L’entreprise de la Silicon Valley, qui a déjà réussi à implanter des micropuces d’intelligence artificielle dans le cerveau d’un singe macaque nommé Pager et d’un cochon nommé Gertrude, recrute désormais un « directeur d’essai clinique » pour mener des tests de la technologie chez l’homme.

« En tant que directeur des essais cliniques, vous travaillerez en étroite collaboration avec certains des médecins les plus innovants et des ingénieurs de haut niveau, ainsi qu’avec les premiers participants aux essais cliniques de Neuralink », indique l’annonce pour ce poste à Fremont, en Californie. « Vous dirigerez et aiderez à construire l’équipe chargée de permettre les activités de recherche clinique de Neuralink et de développer les interactions réglementaires qui accompagnent un environnement en évolution rapide et constante. »

Musk, la personne la plus riche du monde avec une fortune estimée à 256 milliards de dollars, a déclaré le mois dernier qu’il était prudemment optimiste quant au fait que les implants pourraient permettre aux personnes tétraplégiques de marcher.

« Nous espérons que nos premiers humains, qui seront des personnes souffrant de graves lésions de la moelle épinière comme les tétraplégiques, les quadriplégiques, en bénéficieront l’année prochaine, en attendant l’approbation de la FDA [Food and Drug Administration] », a-t-il déclaré lors du sommet du Conseil des PDG du Wall Street Journal.

« Je pense qu’avec Neuralink, nous avons une chance de restaurer la fonctionnalité de tout le corps d’une personne atteinte d’une lésion de la moelle épinière. Neuralink fonctionne bien chez les singes, et nous faisons actuellement juste beaucoup de tests et confirmons simplement que c’est très sûr et fiable et que le dispositif Neuralink peut être retiré en toute sécurité. »

Mythe ou réalité des puces cérébrales

Cependant, Musk a l’habitude de faire des promesses excessives sur la vitesse de développement de l’entreprise. En 2019, il a prédit que le dispositif serait implanté dans un crâne humain d’ici 2020.

Musk a déclaré que le dispositif serait « implanté au ras du crâne & se charge sans fil, de sorte que vous avez l’air et vous vous sentez totalement normal ».

Il a déclaré que les gens devraient considérer cette technologie comme similaire au « remplacement des neurones défectueux ou manquants par des circuits ». « Les progrès s’accéléreront lorsque nous aurons des appareils sur des humains (il est difficile d’avoir des conversations nuancées avec des singes) l’année prochaine », a-t-il déclaré.

Neuralink a déjà publié une vidéo d’un singe auquel on avait implanté la puce et qui jouait au jeu vidéo Pong en utilisant uniquement son esprit.

La société, qui compte Alphabet, la société mère de Google, parmi une série de bailleurs de fonds bien connus de la Silicon Valley, recrute également un « coordinateur d’essai clinique » pour aider à constituer une équipe de personnes chargées de mener l’essai et d’assurer la liaison avec les autorités réglementaires. Les candidats sont informés qu’ils ont « l’opportunité de changer le monde et de travailler avec certains des experts les plus intelligents et les plus talentueux dans différents domaines ».