TikTok va fournir plus d’informations à ses utilisateurs adolescents pour limiter les défis dangereux.

TikTok va fournir plus d’informations à ses utilisateurs adolescents pour limiter les défis dangereux.

Les experts conseillent aux parents de ne pas rendre ces sujets tabous et d’accompagner leurs enfants dans leur découverte de l’internet.
La dernière épreuve du défi de la baleine bleue est le suicide. Avant cela, le participant a dû relever 49 défis qu’un tiers lui a ordonné de réaliser. En 2016, la panique s’est répandue dans plusieurs pays à cause de ce test viral qui, selon les informations de la BBC, a provoqué au moins 130 décès de jeunes en Russie et des dizaines de suicides dans d’autres pays, dont un en Espagne. La baleine bleue incite à l’automutilation et à la mort et s’est répandue dans le monde entier grâce aux réseaux sociaux. Avec la croissance exponentielle de TikTok depuis le début de la pandémie, on s’inquiète aussi de plus en plus de la viralité de ces défis dangereux et de ces faux défis, qui, selon l’entreprise chinoise,  »sont des histoires conçues pour perpétuer la peur et l’anxiété ».

Pour les enrayer, la plateforme va intégrer davantage d’informations sur ces questions dans son centre d’aide. Lorsqu’un utilisateur recherche des défis dangereux ou des canulars, en plus de ne pas afficher les résultats – comme c’était déjà le cas – une option apparaîtra pour accéder à plus d’informations et au numéro du téléphone Hope, qui offre une aide en cas de pensées suicidaires ou de solitude. TikTok a présenté cette semaine la nouvelle stratégie, qui est le résultat de conversations avec des experts de plusieurs pays et d’une étude commandée par le cabinet de conseil The Value Engineers, qui a interrogé quelque 10 000 adolescents, parents et enseignants en Argentine, en Australie, au Brésil, en Allemagne, en Italie, en Indonésie, au Mexique, au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Vietnam. L’Espagne n’a pas été incluse dans le rapport, mais c’est logique si l’on tient compte du fait que l’incidence des problèmes liés aux défis de nature dangereuse est pratiquement nulle, selon le lieutenant Daniel Moreno, de l’équipe Femmes-Mineurs de l’unité technique de la police judiciaire de la Guardia Civil.British Alexandra Evans, responsable de la politique de sécurité publique chez TikTok en Europe, assure à EL PAÍS que la plateforme repère automatiquement les contenus dangereux, bien que son objectif soit de les détecter encore plus rapidement.

Comme il l’explique, les canulars  »ont tendance à suivre certaines tendances et structures, ce qui les rend plus faciles à identifier, mais, dans le cas des défis, il est plus difficile d’anticiper ce qui va suivre ». Seulement 0,3 % des utilisateurs interrogés dans le cadre du rapport admettent avoir participé à un défi « très dangereux », même si cela reste préoccupant, surtout dans certains pays, comme les États-Unis ou le Royaume-Uni, où le nombre de participants a été considérablement plus élevé qu’en Espagne, par exemple.TikTok considère que tant l’entreprise que les parents et les enseignants devraient faire un pas en avant pour aider les mineurs qui tombent dans les pièges ou qui pourraient le faire.

À cette fin, la principale recommandation qu’il adresse aux écoles et aux parents/tuteurs est de ne pas éviter les sujets inconfortables, tels que le suicide. Evans appelle cette pratique « le truc de Voldemort », c’est-à-dire que, tout comme les personnages de la saga Harry Potter évitent de mentionner le maléfique Lord Voldemort de peur que quelque chose de terrible n’apparaisse ou ne se produise, les parents évitent souvent de mentionner certaines questions de peur de donner ainsi aux enfants des idées qu’ils n’avaient pas auparavant, ce qui aboutit à de bonnes intentions qui sont pires que l’inaction totale. Selon l’étude,  »56% des parents et tuteurs interrogés ne mentionneraient pas un canular lié à l’automutilation à moins que l’adolescent ne l’ait mentionné en premier, et 37% des parents trouvent difficile de parler de canulars sans susciter un certain intérêt pour eux ».

Pour Luis de la Herrán, spécialiste en psychologie clinique,  »la clé n’est pas de le mentionner ou de ne pas le mentionner, mais de savoir comment le mentionner ». Si les parents abordent le sujet en disant que c’est très dangereux et qu’ils avertissent leur adolescent de ne pas le faire, ils peuvent lui donner des idées ou l’enfant peut avoir envie de réagir contre, mais s’ils en parlent normalement, les choses changent. Il n’est pas bon qu’il y ait des sujets tabous dans les familles.

On fait face à la peur en en parlant », insiste-t-elle. De plus, dans de nombreux cas, l’enfant connaît déjà le problème ou même certains de ses amis ont pu être impliqués dans quelque chose de similaire. De la Herrán compare ce problème à celui de l’alcool : « Même si je ne veux pas parler d’alcool parce qu’une fille de l’école de mon fils a fait un coma éthylique, il le voit déjà. Si les difficultés auxquelles l’adolescent peut être confronté ont trait au suicide ou à l’automutilation, le tableau change si les parents soupçonnent que leur enfant a des pensées qui y sont liées, ou s’ils soupçonnent que leur enfant a des pensées qui y sont liées.

Comme l’explique le lieutenant Moreno,  »les défis ont toujours existé, mais avec les réseaux sociaux, il est plus facile pour eux de devenir populaires ». De plus, TikTok s’en nourrit beaucoup, bien que la grande majorité soit inoffensive. Un bon exemple est le défi du seau de glace, qui invitait les utilisateurs à jeter un seau d’eau froide sur leur tête et qui a permis de récolter une somme importante pour la recherche sur la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

Moreno insiste sur le fait que, « bien que l’on ne puisse jamais savoir » si un défi dangereux comme celui de la baleine bleue va soudainement devenir populaire (puisque les réseaux favorisent la mondialisation de manière extraordinaire), en Espagne, il n’est jamais devenu un problème alarmant et, en fait, si on lui donnait trop d’importance ou de visibilité, le lieutenant pense qu’il pourrait produire un certain effet d’appel.

Ces dernières années, les conséquences les plus graves causées par des défis viraux dangereux ont été, par exemple, celles déclenchées par le défi de l’étouffement. Certaines personnes ont même perdu connaissance en retenant leur respiration et en essayant de voir combien de temps elles pouvaient la retenir. En participant à de tels défis, les utilisateurs recherchent « la montée d’adrénaline du risque », explique Moreno.

Bien que cette situation ne soit pas préoccupante en Espagne, le lieutenant insiste sur le fait qu’il faut essayer d’éviter que ce type de situation ne se produise et  »accompagner les mineurs dans leur utilisation d’Internet, afin qu’ils bénéficient d’un soutien, d’une supervision, de connaissances et d’informations ».

En plein pic de viralité de la baleine bleue, le film Nerve, avec Emma Roberts et James Franco et probablement basé sur le défi, est sorti en 2016. Dans le film, une jeune introvertie (Roberts) commence à participer aux différentes épreuves d’un défi viral dans lequel sa meilleure amie a gagné une immense popularité grâce au courage dont elle fait preuve en affrontant chaque phase. Essayant de prouver qu’elle aussi peut être audacieuse, la protagoniste se retrouve impliquée dans une série de défis de plus en plus dangereux, tandis que des centaines d’autres utilisateurs rivalisent avec elle et que des milliers d’autres observent et proposent de nouveaux défis. Tout est diffusé en direct et les participants reçoivent une compensation financière s’ils réussissent le défi. Comme dans la vie réelle, dans Nerve, certains participants meurent en essayant de relever certains défis et, comme dans la baleine bleue, la plupart des utilisateurs observent les participants sans la moindre intention d’arrêter les bêtises.

 

Thomas GROLLEAU

Thomas GROLLEAU est un passionné du journaliste et d'internet depuis plus de 25 ans. Il a créé le site Journal du Freenaute pour partager sa passion au plus grand nombre. Il est le responsable de la rédaction. Thomas vous fera aimer les informations relatives à l'informatique.