Vaccination COVID-19

Vaccination COVID-19

«Je suis totalement convaincu qu’on va voir beaucoup de monde se faire vacciner», a estimé sur la chaîne LCI Alain Fischer, le «monsieur vaccins» du gouvernement français, qualifiant ce nouvel élargissement de la campagne d’» étape clé» pour protéger la population et «retrouver une vie de plus en plus normale».

Mais les candidats doivent s’armer de patience: les réservations, qui ont démarré jeudi, arrivent de manière «progressive» sur les plateformes internet spécialisées (Doctolib, etc.), selon le ministre de la Santé Olivier Véran.

Encourageant ses compatriotes à faire de même, le président Macron, qui avait contracté la COVID-19 en décembre, a annoncé dans un tweet lundi soir que lui et son épouse Brigitte s’étaient fait vacciner.

 

Crainte des nouveaux variants

À travers le continent, la contagiosité de plus en plus accrue des nouveaux variants inquiète.

En Grande-Bretagne, la campagne de vaccination est largement plus avancée qu’en France. Près de 35 millions de personnes ont reçu une première dose, et plus de 16 millions une deuxième dose depuis début décembre. Ce succès, ainsi que plusieurs mois de confinement, ont entraîné une chute du nombre de contaminations et de décès liés au coronavirus dans le pays.

En Allemagne, après des débuts laborieux, la campagne de vaccination a fortement accéléré. Selon de récentes données de l’Institut Robert Koch, 41 % des adultes ont reçu au moins une dose de vaccin, et près de 16 % sont complètement immunisés.

En France, «sans vaccination massive, l’épidémie pourrait repartir», car «l’arrivée de nouveaux variants plus transmissibles» fait grimper la proportion de la population qui doit être vaccinée, prévient dans le Journal du Dimanche, Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur.

Les indicateurs sanitaires continuent de s’améliorer en France, avec 8541 cas positifs recensés dimanche à travers le pays, et 16 775 malades de la COVID soignés à l’hôpital, dont 2993 en services de soins critiques, le chiffre le plus faible depuis fin janvier.

«Si la décrue se poursuit jusqu’au 9 juin, prochaine étape de la levée des restrictions, nous passerons un été tranquille», estime Arnaud Fontanet.

Pour ça, «les quinze jours à venir seront cruciaux», prévient le membre du conseil scientifique, qui guide le gouvernement, appelant les Français à ne pas relâcher les gestes barrière.

Les Français les plus âgés sont parfois vaccinés contre le Covid-19 depuis déjà cinq mois. Devront-ils faire un rappel ? 

Faudra-t-il se faire injecter une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 pour être complètement immunisé ? C’est la question qui divise le milieu médical. Selon le journaliste France Télévisions et médecin Damien Mascret, présent sur le plateau du 20 Heures, mercredi 9 juin, « ce n’est pas certain ». Une étude scientifique prouve que dix mois après avoir contracté le Covid-19, on a encore des anticorps efficaces, également contre les différents variants.

 

Renforcer la production d’anticorps

C’est la même chose lorsqu’on est vacciné. Après la vaccination, la production d’anticorps s’opère tout de suite. Deux doses sont administrées pour renforcer la production d’anticorps. La question est de savoir si un rappel est nécessaire. « Plutôt non », répond pour l’instant Damien Mascret, car on a déjà une très bonne immunité mise en place. Si les anticorps finissent par disparaître, l’immunité cellulaire, elle, semble bien se conserver.

Mystérieuse campagne pour discréditer le vaccin Pfizer en France

«Je ne sais pas d’où ça vient, je ne sais pas si ça vient de France ou de l’étranger», a déclaré M. Véran sur BFMTV. «C’est minable, c’est dangereux, c’est irresponsable et ça ne marche pas», a-t-il lancé, jugeant qu’une telle démarche ne réussirait pas à «détourner les Français de la vaccination».

Plusieurs influenceurs, qui comptent plus d’un million et demi d’abonnés sur YouTube au total, ont assuré lundi avoir été contactés pour critiquer sur les réseaux sociaux le vaccin Pfizer, moyennant finances.

Actifs dans le domaine de la santé et des sciences, ces influenceurs ont expliqué avoir reçu un courriel d’une agence de communication apparemment basée au Royaume-Uni, leur offrant un «partenariat» et agissant au nom d’un client disposant d’un «budget colossal», mais désireux de rester anonyme.

«C’est étrange. J’ai reçu une proposition de partenariat qui consiste à déglinguer le vaccin Pfizer en vidéo», a twitté l’un d’entre eux, Leo Grasset, vulgarisateur scientifique comptant 1,17 million d’abonnés à sa chaîne YouTube.

«Incroyable. L’adresse de l’agence londonienne qui m’a contacté est bidon. Ils n’ont jamais eu de locaux là bas, c’est un centre laser esthétique ! Tous les employés ont des profils LinkedIn chelous… qui disparaissent depuis ce matin. Tout le monde a bossé en Russie avant», a-t-il ensuite raconté.

L’humoriste Sami Ouladitto (400 000 abonnés sur YouTube) et ça se dit Médecin (interne en médecine, 84 000 abonnés Instagram) ont décrit le même scénario.

Interrogé mardi sur le fait de savoir si ces propositions supposées pouvaient venir de Russie, Olivier Véran a répondu: «Je n’en sais rien, je ne me permettrais pas de faire des hypothèses».

Le vaccin Pfizer a gagné en popularité après les déboires de son concurrent suédois britannique AstraZeneca, dont la réputation a pâti de très rares cas de thromboses et de retard de livraison persistante.

 

Comment prendre rendez-vous dans un centre de vaccination ?

Vous pouvez prendre rendez-vous :

Sur internet : les deux rendez-vous pour les deux injections peuvent être pris sur Santé.fr ou sur les sites de prise de rendez-vous en ligne, dans le centre de votre choix. Le site Santé.fr est accessible directement depuis l’application TousAntiCovid .

Par téléphone, en appelant :

  • le numéro vert 0800 009 110 ouvert 7 jours sur 7 de 6h à 22h qui vous oriente directement vers les plateformes téléphoniques du centre de vaccination choisi ;
  • le centre de vaccination près de chez vous dont vous aurez trouvé les coordonnées téléphoniques sur le site Santé.fr qui propose une liste complète des centres ouverts dans chaque département.

A noter : Le jour du rendez-vous, il faut se présenter avec une pièce d’identité et sa carte vitale (ou une attestation de droits) pour pouvoir donner son numéro de sécurité sociale. Depuis le 28 janvier 2021, un étranger ou un sans-abri peut se faire vacciner en centre de vaccination même s’il ne dispose pas d’une carte vitale.

Si vous disposez d’un résultat antérieur positif au Covid-19, vous pouvez le présenter lors de votre premier rendez-vous. Après votre entretien médical, votre vaccination pourra être faite en une seule dose de vaccin au lieu de deux.

 

Sébastien