Adobe Flash a alimenté la plupart des contenus interactifs sur le web au cours des années 2000, mais l’introduction de l’iPhone – et une directive du PDG d’Apple, Steve Jobs – a tout changé. Voici comment cela s’est passé.

L’essor de Flash

Ce qui est finalement devenu Adobe Flash était au départ une application appelée « SmartSketch », développée par FutureWave Software. SmartSketch n’était qu’une application de dessin vectoriel pour ordinateurs à stylet, lancée en 1993. Des capacités d’animation image par image ont finalement été ajoutées, et l’application est devenue FutureSplash Animator pour Mac et PC.

Macromedia a racheté FutureSplash en 1996, et l’application a été scindée en deux produits. Macromedia Flash serait utilisé pour créer des animations, tandis que Flash Player permettrait à quiconque de lire ces animations sans payer de logiciel. Il est important de noter que Macromedia a créé une version plug-in de Flash Player pour les navigateurs Web, qui permet d’exécuter des animations dans des pages Web.
Macromedia Flash est le moyen le plus facile pour tous les concepteurs de sites Web de créer des multimédias Shockwave petits et rapides.

La dernière pièce du puzzle de la domination mondiale de Flash est arrivée en 2000, avec la sortie de Flash 5.0. Cette mise à jour a ajouté la première version du langage de programmation ActionScript, qui permet au contenu Flash d’être interactif. Flash pouvait désormais être utilisé pour autre chose que de simples animations – il pouvait tout gérer, des menus cliquables aux lecteurs vidéo et aux applications web complexes.

Selon Macromedia, plus de 98 % des ordinateurs connectés au web en 2005 étaient équipés de Flash Player, et plus de 100 fabricants fabriquaient des produits intégrant Flash. La même année, Adobe a acheté Macromedia pour 3,4 milliards de dollars en actions, faisant officiellement de Flash un produit Adobe.

COMMENT CONFIGURER UN PRÉRÉGLAGE PDF DANS ADOBE INDESIGN ?

L’iPhone

Apple a lancé le premier iPhone en 2007, et même si l’iPhone est devenu l’un des produits technologiques les plus importants de tous les temps, le modèle original était assez limité. Il n’y avait pas encore d’App Store (il faudra attendre iOS 2.0 en 2008), il n’était disponible que sur AT&T, il n’y avait pas de support 3G, il ne pouvait pas se synchroniser avec les comptes Microsoft Exchange, etc.

L’iPhone était équipé d’un navigateur Web Safari complet, prenant en charge les nouvelles technologies Web de l’époque, comme la vidéo HTML5. Cependant, il n’était pas compatible avec les plugins web, même ceux qui étaient présents sur d’autres téléphones et PDA à l’époque – notamment Adobe Flash. Le PDG d’Apple, Steve Jobs, a déclaré en mars 2008 que la version mobile de Flash n’était « pas capable d’être utilisée avec le web », et a affirmé qu’il devait y avoir un « juste milieu » pour que l’iPhone ajoute la prise en charge de Flash.

Ce qu’Apple et Steve Jobs n’ont dit à personne, du moins à l’époque, c’est qu’Apple et Adobe avaient déjà tenté d’intégrer Flash à l’iPhone. Scott Forstall, responsable de l’ingénierie chez Apple à l’époque, a révélé dans une déposition du procès Epic Games contre Apple de l’année dernière que les premiers efforts n’étaient pas prometteurs. « Nous avons essayé de faire fonctionner Flash. Nous avons aidé Adobe. Nous étions vraiment intéressés », a déclaré M. Forstall, « mais lorsque nous l’avons fait fonctionner sur iOS, les performances étaient tout simplement épouvantables et embarrassantes, et nous n’avons jamais pu atteindre un niveau de valeur ajoutée pour le consommateur. »

Apple a publié le premier iPhone SDK en mars 2008, parallèlement à l’introduction de l’App Store, permettant aux développeurs de créer et de distribuer (officiellement) des applications iPhone natives pour la première fois. Adobe a déclaré plus tard dans l’année qu’il travaillait sur une version de Flash Player pour iPhone utilisant le SDK, mais il n’était pas clair à l’époque si Apple l’autoriserait un jour dans l’App Store. Dès les premiers jours de l’App Store, Apple a empêché les développeurs de créer des applications capables de télécharger et d’exécuter d’autres codes exécutables – c’est pourquoi les moteurs de navigation Web tiers n’ont jamais été disponibles sur l’iPhone et l’iPad. Cela excluait automatiquement un lecteur Flash typique, mais il y avait d’autres options.

Le combat

Adobe ne pouvait pas créer un plug-in Flash pour Safari sur iPhone sans l’aide d’Apple, mais il pouvait emprunter une autre voie : permettre aux développeurs d’intégrer leur contenu Flash à un moteur d’exécution intégré et de le soumettre à l’App Store. En juin 2008, Adobe faisait fonctionner Flash dans l’émulateur iPhone d’Apple. Lors de l’événement Adobe MAX de l’année suivante, la société a présenté une vidéo mettant en scène le directeur technique d’Adobe, Kevin Lynch (qui, ironie du sort, travaille désormais chez Apple), et le vice-président directeur des solutions créatives, Johnny Loiacono, dans une parodie de Mythbusters.

La vidéo place les deux dirigeants dans le rôle de « pirates » d’un mythe présenté par « Steve de Cupertino » (Steve Jobs), qui a envoyé une lettre disant « qu’il n’est pas possible d’exécuter Flash sur l’iPhone ». Après quelques gags, ils appellent quelqu’un d’Adobe, qui dit qu’ils viennent de faire fonctionner Flash sur l’iPhone.

Les développeurs Flash ont dû attendre la sortie de Flash CS5 en 2010 pour créer des applications Flash pour iPhone, mais juste avant sa sortie, Apple a empêché les développeurs d’applications de l’utiliser ou d’utiliser d’autres frameworks tiers. En avril 2010, le kit de développement iOS 4 (alors appelé iPhone OS 4) stipulait que les applications iPhone ne pouvaient être écrites qu’en Objective-C, C, C++ ou JavaScript – tout autre environnement de programmation ou couche de compatibilité était interdit.

Adobe s’est plaint des nouvelles règles d’Apple auprès de la Commission fédérale du commerce des États-Unis, qui a commencé à enquêter sur Apple pour d’éventuelles violations des règles antitrust. En août 2010, la FTC disposait de près de 200 pages de documents relatifs à la plainte et a refusé la demande de Wired en vertu de la loi sur la liberté d’information, au motif que « la divulgation de ces documents pourrait raisonnablement interférer avec la conduite des activités d’application de la loi de la Commission ». En d’autres termes, la FTC se préparait à une action en justice.

Réflexions sur Flash

La lutte entre Adobe et Apple a atteint son apogée le 29 avril 2010, lorsque Steve Jobs, PDG d’Apple, a publié une lettre ouverte intitulée « Thoughts on Flash ». Steve Jobs a déclaré dans cette lettre : « Adobe a qualifié notre décision comme étant principalement motivée par des raisons commerciales – ils disent que nous voulons protéger notre App Store – mais en réalité, elle est basée sur des questions technologiques. Adobe prétend que nous sommes un système fermé et que Flash est ouvert, mais c’est en fait le contraire qui est vrai. »

La lettre explique ensuite le raisonnement d’Apple (et de Job) pour bloquer Flash sur l’iPhone. La plupart des points se concentrent sur le fait que Flash est un « système fermé » dont l’autonomie de la batterie, la prise en charge des écrans tactiles, les performances, le décodage matériel des vidéos et la sécurité sont médiocres. M. Jobs a également souligné que de nombreuses fonctionnalités de Flash pouvaient être gérées par la vidéo HTML5 et d’autres fonctions prises en charge par l’iPhone, et que si les développeurs Flash doivent de toute façon mettre à jour leur code pour prendre en charge les écrans tactiles et l’iPhone, ils devraient simplement aller jusqu’au bout et réécrire leurs applications en code natif ou web.

La lettre de M. Jobs était certainement hypocrite à certains égards – certains de ses arguments sur le fait que Flash est un système fermé pourraient également être appliqués à l’App Store d’Apple – mais la plupart de ses arguments étaient toujours valables. Il a conclu en disant : « Adobe devrait peut-être se concentrer davantage sur la création d’excellents outils HTML5 pour l’avenir, et moins sur la critique d’Apple qui laisse le passé derrière elle. »

Le PDG d’Adobe, Shantanu Narayen, a été interviewé peu après. Il a qualifié la lettre d' »attaque extraordinaire » et a démenti les affirmations concernant la décharge excessive de la batterie. « Nous avons des visions différentes du monde », a-t-il déclaré, « notre vision du monde est multiplateforme ».

Une victoire trop tardive

Peut-être en raison d’une probable action en justice de la FTC, Apple a modifié une nouvelle fois ses accords avec les développeurs en septembre 2010. La société autorise désormais les développeurs d’applications à utiliser tous les outils qu’ils souhaitent, y compris Adobe Flash, « à condition que les applications qui en résultent ne téléchargent aucun code ». Peu après, Adobe a repris le développement de son compilateur Flash-to-iPhone.

Malheureusement pour Adobe, le monde avait déjà commencé à se détourner de Flash. De plus en plus de sites étaient mis à jour pour prendre en charge la vidéo HTML5 ou proposaient des applications natives pour iPhone, iPad, Android et autres plateformes mobiles. Adobe a arrêté Flash Player pour tous les appareils mobiles en 2011, laissant les outils de packaging (comme celui désormais autorisé par Apple) comme seul moyen d’exécuter le logiciel Flash sur Android et d’autres plateformes mobiles.

Flash a également perdu peu à peu ses lettres de noblesse sur les plateformes de bureau, principalement en raison de ses problèmes de sécurité de longue date. Apple utilisait son système de protection contre les logiciels malveillants pour bloquer l’exécution de Flash Player sur Mac presque chaque fois qu’une faille de sécurité était découverte, par exemple.

Adobe Flash a été officiellement abandonné sur toutes les plateformes le 31 décembre 2020. La plupart des navigateurs web avaient déjà abandonné la prise en charge du plugin Flash à ce moment-là, et Microsoft a poussé des mises à jour pour Windows qui supprimaient Flash s’il était installé.

Flash a eu un effet incroyable sur les ordinateurs et a ouvert la voie aux applications web modernes. Cependant, en 2010, il était définitivement temps de passer à autre chose, et Steve Jobs a sans doute donné un petit coup de pouce à l’industrie.