La flambée de l’immobilier

La flambée de l’immobilier

Que ce soit pour l’acquéreur ou le propriétaire, l’estimation est une étape importante dans la vente ou l’achat d’un bien immobilier. C’est un moyen d’apprécier le bien à sa juste valeur. Afin de déterminer le prix idéal, il faut se reposer sur certains aspects du marché immobilier qui influencent directement le tarif. Quels sont donc les critères à prendre en compte pour réaliser votre estimation immobiliere à Paris.

 

Pourquoi étudier l’estimation d’un bien immobilier ?

Quel que soit le type de votre bien, appartement ou maison, il est important d’effectuer une analyse complète avant de fixer un prix afin d’éviter la surestimation ou la perte. En effet, l’estimation dépend de plusieurs critères qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère. Pour éviter l’erreur lors d’une transaction, une étude approfondie s’impose. En respectant les conditions de l’estimation, vous pouvez établir plus facilement le prix de votre bien. Bien qu’il n’existe pas des règles fixes, la prise en compte de ces critères d’estimation vous aidera à faire une estimation plus raisonnable de votre appartement à Paris.

Généralement, cette estimation repose en grande partie sur l’évolution du marché immobilier. Quand la demande est en pénurie, il est plus difficile de vendre avec un prix élevé. Pour obtenir toutes les infos concernant cette évolution, vous pouvez vous renseigner sur Internet ou demander directement auprès d’un notaire qui a effectué une vente récemment dans votre quartier.

 

Que faut-il prendre en compte lors de l’estimation Paris ?

Les critères ci-dessous devraient être considérés pendant la réalisation de toute estimation immobilier Paris. La plupart d’entre eux dépendent des caractères de votre bien immobilier tels que sa taille, sa qualité, ses divers équipements…

La localisation, un point important

Le lieu où se situe votre bien immobilier tient une place importante dans son estimation. Au cas où il se trouve dans un environnement calme et plus proche des transports ainsi que des lieux commerciaux, vous pouvez monter la barre un peu plus haute. En revanche, les quartiers moins assurés ne promettent pas une meilleure estimation.

La performance énergétique du bien à vendre

Actuellement, ce critère de performance énergétique contribue grandement à la valorisation d’un bien immobilier. Si votre maison est écologique, cela veut dire qu’elle consomme moins d’énergie. Pour mieux économiser, les propriétaires optent alors pour des maisons conditionnées avec une bonne isolation. Votre estimation sera donc assurée avec une valeur sure si le bien suit parfaitement les normes écologiques exigées.

 

La qualité du bien en général

Très important, l’aspect extérieur d’une maison peut jouer en sa faveur. Ainsi, vous pouvez apporter une petite touche de fraîcheur comme la peinture, par exemple, pour pouvoir augmenter l’estimation. S’il s’agit d’une retouche importante, il vaut mieux laisser le soin aux futurs propriétaires. Dans ce cas, ces derniers peuvent rembourser petit à petit le cout de la rénovation grâce aux revenus locatifs.

Savez-vous que vous pouvez vous faire aider pour l’estimation appartement Paris ? Faites appel à une entreprise spécialisée dans ce domaine, vous propose des services d’accompagnement pour l’estimation de votre bien immobilier.

Les petites surfaces plus touchées que les grandes

L’absence de touristes, qui louaient des petites surfaces meublées, désorganise également le marché. « L’occupation de ce type de logement avoisine les 20 % et les propriétaires qui se sont endettés pour les acheter et ne peuvent pas attendre sont obligés de vendre. Dans ce cas, il est possible de négocier et de faire baisser le prix », raconte Gilles Parent, directeur général des Agences réunies. Ce sont les studios qui ont été les plus affectés entre le deuxième trimestre 2020 et le deuxième trimestre 2021 avec une baisse de 1,19 % ; leur prix moyen dans Paris reste néanmoins à un niveau élevé : 12 465 euros le mètre carré.

Tous les biens ne sont pas concernés. Après une diminution marquée en début d’année de 3,62 %, les prix des grands appartements familiaux, c’est-à-dire les cinq-pièces, repartent à la hausse avec un gain de 4,11 %. « Les biens au juste prix situés dans les beaux quartiers, lumineux et avec peu de défauts, partent toujours aussi vite. [Ceux situés] au rez-de-chaussée, un peu sombres ou [ceux qui sont] vétustes baissent particulièrement », témoigne Vithal Fhooblall, directeur de l’agence Stéphane Plaza immobilier du 17e arrondissement. Il constate cependant que les acheteurs sont plus agressifs et n’hésitent pas à négocier les prix.

PriceHubble remarque un frémissement : ses dernières données montrent que les prix dans tous les arrondissements sont de nouveau en progression, de 0,5 % pour le 19e et de 4,29 % pour le 6e entre le premier trimestre et le deuxième trimestre 2021. Il faut compter 12 566 euros en moyenne par mètre carré pour un T5. Les deux-pièces repartent à la hausse (3,63 %) après un repli de 1,85 % et se vendent en moyenne à 12 127 euros le mètre carré. Enfin, les trois-pièces et les quatre-pièces augmentent de 1,5 % après avoir cédé près de 3 % dans la première partie de l’année, et se vendent à 11 887 euros le mètre carré.

 

En banlieue, appartements et maisons en hausse

La banlieue parisienne a aussi profité de la situation. Le départ des familles parisiennes, déjà engagé ces dernières années, a été accéléré par les confinements : « Le souhait d’avoir une pièce en plus pour télétravailler et de pouvoir profiter d’un peu de verdure semble les avoir poussés vers la première couronne et les habitants de la première couronne vers la deuxième », indique Michel Platero, président de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) du Grand Paris.

Les prix des logements dans les départements limitrophes reflètent cette situation : + 5,44 % pour le Val-de-Marne selon Price Hubble, + 4,53 % pour les Hauts-de-Seine ou encore + 4,39 % pour l’Essonne entre le premier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021. Sur cette période, les augmentations les plus significatives se situent en Seine-Saint-Denis (+ 7,95 %) et en Seine-et-Marne (+ 7,95 %).

Les notaires du Grand Paris constatent, pour leur part, que les grands appartements (cinq-pièces et plus) sont beaucoup plus chers que les quatre-pièces dans la petite couronne, sans doute parce qu’ils accueillent des familles aux revenus certes conséquents mais désormais insuffisants pour la capitale, et qui franchissent le périphérique, en particulier dans les Hauts-de-Seine, pour acheter plus grand. Les maisons bénéficient toujours d’une attractivité accrue et leurs prix progressent de 6 % en Ile-de-France et surtout de 8 % dans la grande couronne.

 

Sébastien