Les compteurs linky

Les compteurs linky

Les consommateurs d’électricité vont devoir rembourser l’installation des compteurs Linky à leur domicile, à partir de 2022. Mais Enedis et la Commission de régulation de l’énergie (CRE) affirment, ce mardi, que leur facture n’augmentera pas, grâce aux économies que permettrait de réaliser le boîtier « intelligent ».

 

« Pas un centime »

Interrogée par le député de La France Insoumise Adrien Quatennens à ce sujet, elle a en effet affirmé que »les consommateurs ne paieront pas un coût supplémentaire dû à Linky », rapporte notamment LCI.

La nouvelle du Parisien, expliquant qu’il faudrait rembourser le compteur, à hauteur de 130 euros par appareil, a provoqué une vive émotion, d’autant qu’au moment du déploiement du nouveau compteur, en 2011, Eric Besson, alors ministre de l’industrie et de l’énergie, n’hésitait pourtant pas à affirmer au Parisien que le nouveau compteur Linky ne coûterait « pas un centime aux particuliers ».

 

Cela dit, Enedis ne parvient pas à faire passer le message et Sophie Dessillons, la directrice adjointe des réseaux à la Commission de régulation de l’énergie (CRE) interrogée par Le Parisien, commentait que cela était « possible, mais nous manquons encore d’études suffisamment solides pour l’affirmer ».

Au total, chaque ménage devrait donc devoir rembourser le matériel et sa pause ces prochaines années, pour un montant tout compris de 130 euros.

 

Charges bien incluses dans le tarif

Emmanuelle Wargon a réaffirmé cette direction donc, en s’exprimant à l’Assemblée. « Enedis exerce une mission de service public régulée, rémunérée, au travers d’un tarif d’utilisation des réseaux d’électricité, sous le contrôle de la Commission de régulation de l’énergie » (CRE), a-t-elle rappelé.

Et d’ajouter que la CRE « a vérifié et confirmé que le coût total du projet sera inférieur au budget initial et que les économies de charges prévues seront bien au rendez-vous et donc incluse dans le tarif ».

 

Compensé par les économies d’énergie ?

Le déploiement total de Linky, estimé à 5,7 milliards d’euros avait été critiqué en 2018 par la Cour des comptes, rappelle LCI, qui estimait que les gains pour le consommateur étaient trop faibles.

C’est pourtant sur ces économies d’énergie que tablent les pouvoirs publics et Enedis, qui avait annoncé prendre à sa charge 5,39 milliards d’euros du déploiement, pour compenser le reste de la facture.

 

Pourquoi ?

Enedis a installé pas moins de 32 millions de compteurs Linky dans des foyers aux dernières nouvelles, soit l’équivalent de 90 % de ses clients. Mais pour cela, l’entreprise avait prévu un remboursement du coût en différé.

L’annonce de ce jour a de quoi faire mal alors les pouvoirs publics avaient longtemps affirmé que la nouvelle installation connectée pour surveiller sa consommation d’électricité selon ses appareils électroménagers ne coûterait rien de plus… et surtout pas au consommateur qui était dans l’obligation d’installer le nouvel équipement.

Sur les 5,39 milliards d’euros investis pour l’occasion, Enedis n’aurait dégagé que 10 % de ses fonds propres. Le reste proviendrait de ce fameux prêt permettant le différé tarifaire de ce jour, négocié auprès de la Banque européenne d’investissement pour un taux de 0,77 %.

 

Combien ?

Quant aux clients, le taux d’intérêt fixé par Enedis et évoqué par les sources du Parisien serait de 4,6 %. Selon les dernières estimations, Enedis devrait récupérer 500 millions d’euros à cette occasion, en plus du remboursement de son prêt, le tout grâce à ses clients uniquement.

Bien sûr, le sujet est complexe alors que les compteurs Linky sont annoncés comme une bonne nouvelle pour une meilleure gestion de l’électricité. Le simple fait que le compteur soit connecté permet de savoir quels sont nos appareils qui consomment le plus, et de pouvoir se donner envie d’aller remplacer une ampoule ou débrancher un appareil énergivore.

Linky et le CPL sont-ils responsables de problèmes de santé ?

Les questions de santé publique soulevées par le déploiement de Linky expliquent en grande partie l’hostilité que rencontre ce nouveau compteur. À cet égard, le problème posé par le compteur Linky concerne le CPL, c’est-à-dire le Courant Porteur en Ligne.

Pour certains usagers, en particulier les personnes électrosensibles, ce CPL serait en effet à l’origine de maux de tête, de nausées et autres troubles. Les ondes émises par Linky via le CPL seraient potentiellement cancérogènes. Pour autant, nombre d’études scientifiques mettent en lumière que Linky émet beaucoup moins d’ondes qu’un ordinateur, un smartphone, un téléviseur et même qu’une ampoule basse consommation — 36 fois moins !

Enfin, la technologie CPL, qui est utilisée depuis plus de quarante ans, permet précisément d’éviter que des ondes électromagnétiques ne « circulent librement » dans un logement. Elle permet en effet de les faire transiter via le réseau électrique dudit logement, qui a priori ne pose de problème à personne.

 

Et les problèmes liés à un compteur Linky disjoncté ?

De nombreux Français se plaignent que leur installation électrique disjoncte régulièrement depuis l’installation du compteur Linky à leur domicile. Et en effet, le problème des compteurs Linky disjonctés est réel. Pour autant, il ne s’agit pas d’un dysfonctionnement de ce nouveau compteur intelligent, bien au contraire.

Son fonctionnement est simplement plus rigoureux que celui des anciens modèles. Ceux-ci étaient plus laxistes, plus tolérants en quelque sorte, et supportaient des dépassements de puissance de l’ordre de 15%. Par conséquent, ces vieux compteurs sous-comptaient la consommation réelle, expliquant en partie l’augmentation de certaines factures…

Ce que l’on prendrait comme un problème, c’est le fait que le compteur Linky disjoncte lorsque sa puissance est dépassée. Il ne s’agit pourtant que d’une sécurité qui permet d’éviter une surtension, dangereuse pour les occupants.

La puissance d’un compteur doit en effet être adaptée au nombre et au type d’appareils qui sont raccordés au réseau électrique. Le plus souvent, le compteur Linky disjoncte lorsque l’on allume un nouvel appareil électroménager. Cela signifie tout simplement que le réseau n’est pas dimensionné pour fournir de l’énergie à ce nouvel appareil. Une augmentation de puissance est alors recommandée, pour passer par exemple de 6 à 9 kVA.

 

Pourtant, Enedis avait annoncé prendre à sa charge 5,39 milliards d’euros : 10% provenant de ses fonds propres et le reste grâce à un emprunt auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI) à un taux avantageux de 0,77 %. Mais en raison mécanisme de « différé de tarifaire », qui a permis à Enedis de décaler le remboursement dans le temps, et qui entrera donc en vigueur à compter de l’an prochain, c’est bien le consommateur qui devra rembourser le coût du compteur Linky. Le tout sans bénéficier du très avantageux taux de la BEI. Dans son rapport, la Cour des comptes a estimé le taux d’intérêt appliqué au remboursement à 4,6%.

Sébastien