Près de 3 milliards de personnes, soit 37% de la population mondiale, n’ont jamais été en ligne malgré une augmentation de l’utilisation pendant la pandémie.

Selon les Nations unies, près de 3 milliards de personnes, soit 37 % de la population mondiale, n’ont jamais utilisé l’internet, malgré la pandémie de Covid-19 qui a poussé les gens à se connecter.

Rapport de l’UIT

L’Union internationale des télécommunications (UIT) des Nations unies estime que 96 % des 2,9 milliards de personnes qui n’ont pas accès au Web vivent dans des pays en développement.

L’agence a déclaré que le nombre estimé de personnes qui se sont mises en ligne est passé de 4,1 milliards en 2019 à 4,9 milliards cette année, en partie en raison d’un « coup de pouce à la connectivité Covid ». Mais même parmi ces internautes, plusieurs centaines de millions pourraient ne se connecter que rarement, en utilisant des appareils partagés ou en faisant face à des vitesses de connexion qui entravent leur utilisation d’internet.

« L’UIT s’emploiera à faire en sorte que les éléments de base soient en place pour connecter les 2,9 milliards d’utilisateurs restants. Nous sommes déterminés à faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte », a déclaré le secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao.

Internet de plus en plus utilisé

Le nombre d’utilisateurs dans le monde a augmenté de plus de 10 % au cours de la première année de la crise du Covid, ce qui représente de loin la plus forte augmentation annuelle en dix ans. L’UIT a indiqué que des mesures telles que les fermetures de magasins et d’écoles et la nécessité d’accéder à des services tels que la banque à distance ont eu une influence.

Mais la croissance a été inégale. L’accès à l’internet est souvent inabordable dans les pays les plus pauvres – près des trois quarts des personnes n’ont jamais été en ligne dans les 46 pays les moins avancés.

Les jeunes, les hommes et les citadins sont plus susceptibles d’utiliser l’internet que les adultes plus âgés, les femmes et les habitants des zones rurales, l’écart entre les sexes étant plus prononcé dans les pays en développement.

La pauvreté, l’analphabétisme, l’accès limité à l’électricité et le manque de compétences numériques continuent de poser problème aux « exclus du numérique », ajoute l’UIT.