Des documents nouvellement révélés de la plainte contre Google font la lumière sur la manipulation potentielle des ventes de publicité.

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, et Sundar Pichai, PDG de Google, auraient été au courant d’un accord de collaboration sur la manipulation potentielle des ventes de publicité et l’auraient approuvé, selon des documents récemment révélés.

Google Facebook un accord illégale

Les documents, qui ont été révélés vendredi, ont été déposés dans le cadre d’un procès contre Google intenté par les procureurs généraux de plusieurs États américains. La plainte a été déposée pour la première fois en décembre 2020 et affirme que Google a trompé les éditeurs et les annonceurs sur le prix et le processus des enchères publicitaires. À l’époque, de nombreux documents et parties de la poursuite ont été expurgés, mais des décisions de justice les ont depuis rendus publics.

La poursuite allègue que Google a maintenu son contrôle sur le marché des ventes de publicité – un marché qu’il domine – en gonflant le prix des annonces pour les marques et en supprimant la concurrence des autres échanges de publicité.
Selon le Wall Street Journal, la plainte allègue que « Google empochait la différence entre ce qu’il disait aux éditeurs et aux annonceurs qu’une publicité coûtait et utilisait cette masse d’argent pour manipuler les enchères futures afin d’étendre son monopole numérique ». Les documents citent en outre des messages internes dans lesquels les employés de Google déclaraient qu’ils avaient l’impression d’utiliser des « informations privilégiées » pour développer l’entreprise.

Selon le Journal, l’action en justice affirme également que des cadres de Facebook, qui a récemment changé de nom pour devenir Meta, et de Google ont signé un accord visant à garantir que Facebook ferait des offres et gagnerait un certain pourcentage de publicités.

Selon l’action en justice, Sheryl Sandberg, directrice de l’exploitation de Facebook, a déclaré explicitement que « c’est une grosse affaire d’un point de vue stratégique » dans un courriel de 2018 concernant l’accord et auquel participait le PDG de Facebook.

Lorsque les deux parties ont négocié les termes de l’accord, « l’équipe a envoyé un courriel adressé directement au PDG » Zuckerberg, indique la plainte.

S’il s’avère que Pichai a personnellement approuvé l’accord, il pourrait être considéré comme complice de l’expansion du monopole de Google sur le marché de la publicité par le biais de manipulations. Un porte-parole de Google a déclaré à l’AP que si l’accord n’était pas un secret, il était inexact de dire que Pichai l’avait approuvé.

Un accord condamnable

« Nous signons des centaines d’accords chaque année qui ne nécessitent pas l’approbation du PDG, et ce n’était pas différent », a déclaré le porte-parole.

Dans un communiqué, Peter Schottenfels, porte-parole de Google, a déclaré que l’action en justice était « pleine d’inexactitudes et dépourvue de fondement juridique ».

Chris Sgro, porte-parole de Meta, a déclaré vendredi que l’accord d’enchères publicitaires de la société avec Google et les accords similaires qu’elle a conclus avec d’autres plateformes d’enchères « ont contribué à accroître la concurrence pour les placements publicitaires ».

« Ces relations commerciales permettent à Meta d’offrir plus de valeur aux annonceurs tout en rémunérant équitablement les éditeurs, ce qui se traduit par de meilleurs résultats pour tous », a déclaré M. Sgro.

Ces nouveaux détails interviennent alors que les entreprises technologiques font l’objet d’un examen de plus en plus minutieux concernant des pratiques prétendument anticoncurrentielles. Un juge américain a décidé en début de semaine que le gouvernement pouvait poursuivre une action en justice visant à démanteler Meta, la société mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, dans le but de desserrer son emprise sur le marché. Et vendredi, un groupe de près de quatre douzaines d’États a demandé le rétablissement d’une autre action en justice antitrust contre la société.

Google, quant à lui, fait face à ses propres accusations de monopole portées par le gouvernement américain. Google a nié ces accusations.