Le comédien s’excuse auprès de Spotify alors que la plateforme de streaming publie des règles pour les créateurs et annonce un plan pour des « avis sur le contenu ».

Joe Rogan a répondu à la controverse suscitée par son podcast Spotify, quelques heures après que le service de streaming a annoncé un plan pour lutter contre la propagation de la désinformation sur le Covid-19.

Spotify, lutter contre les Fakenews

Dans une vidéo de 10 minutes postée sur Instagram dimanche soir, l’humoriste et animateur s’est engagé à « essayer davantage de faire participer des personnes ayant des opinions différentes » et à « faire de mon mieux pour m’assurer que j’ai fait des recherches sur ces sujets ».

« Beaucoup de gens (…) ont une perception déformée de ce que je fais », a-t-il déclaré, défendant deux épisodes récents de l’émission Joe Rogan Experience dans lesquels figuraient des invités qui partageaient des théories du complot de Covid. Il a qualifié ces invités de « personnes hautement crédibles … ayant une opinion différente de celle du courant dominant ».

Rogan a encadré son podcast – qui atteint environ 11 millions d’auditeurs par épisode – comme « juste des conversations » qui « ont commencé par … s’amuser et parler ».

« C’est devenu ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire une sorte de juggernaut incontrôlable que je contrôle à peine », a-t-il déclaré. « Souvent, je n’ai aucune idée de ce dont je vais parler avant de m’asseoir et de parler aux gens.

« Je vais faire de mon mieux à l’avenir pour équilibrer les choses ».

Il a également présenté ses excuses à Spotify. « Je veux remercier Spotify pour avoir été d’un grand soutien pendant cette période, et je suis vraiment désolé que cela leur arrive et qu’ils en retirent tant de choses. »

Ces épisodes ont suscité une nouvelle vague de fureur, notamment de la part des musiciens Neil Young et Joni Mitchell, qui ont retiré leur musique de Spotify en conséquence.

« Je ne suis pas en colère contre Neil Young », a déclaré Rogan, se décrivant comme un fan de longue date du chanteur.

Plus tôt dans la journée de dimanche, le PDG de Spotify, Daniel Ek, a publié une déclaration officielle présentant le plan de la plateforme de streaming pour lutter contre la désinformation, alors que de plus en plus d’utilisateurs se sont publiquement désabonnés du service, que de plus en plus de musiciens ont retiré leur musique et que la société a perdu des milliards de dollars en valeur boursière.

De nouveaux avis sur le contenu dirigeront les auditeurs de tout podcast abordant le coronavirus vers un site web dédié qui « fournit un accès facile à des faits basés sur des données, des informations actualisées partagées par des scientifiques, des médecins, des universitaires et des autorités de santé publique du monde entier, ainsi que des liens vers des sources fiables ».

Les règles de Spotify pour ses créateurs ont également été rendues publiques pour la première fois, les utilisateurs étant informés qu’ils ne peuvent pas publier de « contenu faisant la promotion d’informations médicales dangereuses, fausses ou trompeuses, susceptibles de causer des dommages hors ligne ou de constituer une menace directe pour la santé publique ».

La désinformation relative au COVID-19

Il s’agit, par exemple, de qualifier Covid de « canular ou de faux » ou d' »encourager les gens à se faire infecter volontairement par Covid-19 afin de s’immuniser contre lui ». Les utilisateurs qui enfreignent la règle pourraient voir leur contenu retiré de la plateforme et les récidivistes pourraient être suspendus ou bannis.

« Vous avez eu beaucoup de questions ces derniers jours sur les politiques de notre plateforme et les lignes que nous avons tracées entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Nous avons mis en place des règles depuis de nombreuses années, mais il est vrai que nous n’avons pas été transparents quant aux politiques qui guident notre contenu de manière plus générale », indique la déclaration d’Ek.

Ek a écrit que les avis sur le contenu seront diffusés « dans le monde entier dans les prochains jours ».

« À notre connaissance, cet avis sur le contenu est le premier du genre à être émis par une grande plateforme de podcast », a-t-il ajouté.

Le podcast de Rogan a suscité des critiques pour avoir diffusé à plusieurs reprises des informations erronées sur le Covid, notamment la théorie du complot selon laquelle les hôpitaux sont incités financièrement à enregistrer le Covid comme cause de décès. Rogan a également encouragé l’utilisation de l’ivermectine, un traitement antiparasitaire utilisé principalement sur les animaux, pour traiter les symptômes du Covid. Il n’a pas été prouvé qu’il était efficace pour prévenir ou traiter le Covid.

La semaine dernière, le musicien Neil Young a demandé à sa direction de retirer sa musique de Spotify : « Je fais cela parce que Spotify diffuse de fausses informations sur les vaccins – causant potentiellement la mort de ceux qui croient la désinformation qu’ils diffusent … Ils peuvent avoir Rogan ou Young. Pas les deux ».

Après avoir retiré sa musique, Spotify a déclaré regretter « la décision de Neil … mais espère l’accueillir à nouveau bientôt ». Leurs actions ont chuté de 6% en deux jours, puis se sont légèrement redressées – avant que la musicienne Joni Mitchell n’annonce qu’elle allait également retirer sa musique de la plateforme.

« Des personnes irresponsables répandent des mensonges qui coûtent la vie à des gens », a écrit Joni Mitchell. « Je suis solidaire de Neil Young et des communautés scientifiques et médicales mondiales sur cette question. »

Le prince Harry et Meghan Markle, qui ont signé un partenariat pluriannuel de podcasts avec Spotify pour leur société, Archewell Audio, ont déclaré dans un communiqué qu’ils avaient exprimé leurs préoccupations concernant la désinformation à Spotify l’année dernière.