Comment fonctionne un backlink ?

By Thomas GROLLEAU

Traduit littéralement, le terme backlink signifie « lien entrant » ou encore « lien retour ». Dans le domaine du référencement naturel (SEO), il est utilisé pour indiquer un lien hypertexte se trouvant à l’intérieur d’un contenu renvoyant vers un autre domaine ou site Web. À un backlink, on peut opposer un lien interne prenant la même forme, mais pointant exclusivement vers un contenu du même site. Quel est le mode de fonctionnement des backlinks ? Réponse ci-dessous !

Le lien interne est fondamentalement utilisé pour rendre la navigation facile pour l’internaute et permettre l’indexation des sites par les robots de Google. Le backlink quant à lui sert à :

  • Conduire l’internaute vers l’emplacement externe d’un produit ou d’une information ;
  • Faire un transfert de popularité d’un site Web vers un autre.

En se rendant sur le site https://linkdaddy.fr, on comprend que c’est ce second point qui intéresse particulièrement le SEO. Ainsi, insérer un backlink dans un contenu, c’est une façon de suggérer un autre contenu, un autre site Web.

Cette recommandation est connue sous l’appellation « Trust » et représente un gage de confiance utilisé par les algorithmes de Google pour déterminer la pertinence et le classement des résultats de recherche.

On comprend alors que plus une page Web contient de backlinks (des liens depuis d’autres sites qui le recommandent), plus elle gagne en popularité auprès de Google.

Un backlink est matérialisé par la balise <a> du lien dans le code HTML contenant l’URL cible (ou l’adresse du contenu à lier). La balise <a> s’ouvre et se ferme en encadrant des mots-clés nommés « ancre du lien ». Pour accéder au contenu de la page liée, l’internaute doit cliquer sur cette expression. Voici un exemple :

A lire également :   Que signifie la règle du consentement à l'image de Twitter pour la photographie de rue ?

<a href= «https://www.journaldufreenaute.fr»>ancre du lien</a >.

L’ancre du lien doit être pertinente par rapport au contenu visé afin que Google puisse juger de la qualité du backlink. À défaut de définir le contenu visé, elle doit au moins inciter le lecteur à l’action dans un contexte sémantique et thématique adéquat.  

Une ancre de lien comme « Napoléon 1er » qui pointerait vers une page bibliographique dédiée à Charles de Gaulle aura de fortes chances de ne pas être jugée pertinente par Google. En revanche, l’exemple suivant l’est beaucoup plus : la page Wikipédia du Général de Gaulle vous en apprendra beaucoup plus sur l’histoire de sa vie :

<a href= «url»</a >.

Ensuite, pour former un bon backlink, il faut en plus du fait que l’ancre du lien ait un rapport avec le contenu du site Web cible que la page émettant le lien aborde une thématique identique ou proche. Tout est une question de cohérence, de contexte.

Vous vous êtes surement déjà familiarisé au concept de spam si vous avez un blog, un site Web ou une boite mail.  Il s’agit d’un message non désiré s’imposant à vous via un commentaire ou un email et qui vous invite la plupart du temps à cliquer sur un lien donné.

Les techniques de spam sont nées pour pousser le visiteur à accéder à un contenu précis ou pour lui permettre de récupérer une donnée. On qualifie de « spammy », les commentaires ou contenus laissés sur les forums ou les blogs. Leur but premier est de profiter à leur auteur plus qu’au contenu sur lequel ils sont insérés.

A lire également :   Comment devenir consultant informatique en portage salarial ?

Généralement, les commentaires « spammy » contiennent des liens renvoyant vers des pages douteuses et leur permet entre autres de récupérer la popularité SEO du site (on parle de la récupération du « jus de liens »).  

Afin d’éviter une telle fuite de popularité, il faut avoir la maitrise sur ses liens. Pour cela, il est possible d’affecter un attribut aux backlinks : rel= « nofollow ».  Grâce à cette consigne, les moteurs de recherche une fois sur le lien dans la page sauront que le site émetteur « n’assume pas » l’URL en place et donc qu’ils ne doivent pas effectuer de transfert de popularité.

Un blog peut par exemple affecter un attribut « nofollow » à tous les liens que pourraient insérer les internautes dans leurs commentaires afin de protéger sa popularité et son référencement naturel. Avec l’exemple du départ, cela donne :

<a href= «https://www.journaldufreenaute.fr»rel= «nofollow»>ancre du lien</a >.

La position d’un backlink à l’intérieur du contenu source peut changer la donne en ce qui concerne sa qualité. Pour Google, un lien seul, déconnecté d’un environnement sémantique est moins pertinent qu’un lien placé en contexte. Il est donc conseillé de placer un backlink à l’intérieur d’un paragraphe de texte afin d’améliorer vos performances SEO.

Vous l’aurez donc compris, la qualité d’un backlink est une combinaison astucieuse de critères à laquelle s’ajoute sa position stratégique dans le contenu. Maitriser le fonctionnement des backlinks vous permettra d’avoir une meilleure stratégie SEO de netlinking et donc d’optimiser la popularité de votre site sur les moteurs de recherche.

A lire également :   Comment créer un fil de discussion sur Twitter ?

Pour aller plus loin : Comment obtenir des backlinks de qualité ?

Laisser un commentaire