D’où les applications météo tirent-elles leurs informations ?

By Thomas GROLLEAU

Il existe un grand nombre d’applications et de services météorologiques différents, mais quelles sont les différences entre les données de chaque application ? D’où proviennent leurs informations ? Il s’avère que beaucoup d’entre elles peuvent avoir la même source pour votre emplacement spécifique, mais la façon dont elles obtiennent ces données peut être compliquée.

Les applications météo semblent simples à première vue : vous obtenez la température actuelle, les prévisions pour les jours à venir, éventuellement des cartes radar et des liens vers des articles d’actualité. Quelques applications vont encore plus loin en proposant des fonctionnalités plus spécialisées, comme les notifications push pour les alertes météo, une interface plus propre ou davantage d’options pour les affichages visuels tels que les cartes.

La plus grande partie du travail effectué dans les applications et les services météorologiques consiste à collecter les données de base. La plupart des applications météorologiques combinent des données provenant de plusieurs sources différentes, en fonction des données fournies par chaque service et des zones qu’il couvre. Par exemple, un fournisseur de données peut disposer de nombreuses stations météorologiques en France ou en Australie, mais d’aucune station au Canada. La combinaison de données provenant de différents fournisseurs permet à une application de fonctionner dans un plus grand nombre de régions.

Certains fournisseurs de données météorologiques disposent de leurs propres applications et sites pour consulter les bulletins météorologiques, comme Apple Weather et AccuWeather, tandis que d’autres ne sont que des sources de données utilisables par d’autres applications. Pour ajouter à la confusion, certains fournisseurs de services météorologiques comblent les lacunes de leurs propres données par des données provenant d’autres fournisseurs, en fonction de la région. C’est un peu comme le fonctionnement des réseaux cellulaires : T-Mobile peut avoir des accords d’itinérance avec AT&T pour garantir une certaine couverture dans des zones où T-Mobile n’a pas de pylônes, et vice-versa.

Cela fait beaucoup de généralisations et peu d’exemples précis. Examinons les bulletins météorologiques des États-Unis et la manière dont leurs données (ainsi que celles d’autres gouvernements, entreprises et organisations indépendantes) sont mélangées pour s’afficher dans votre application météo.

A lire également :   Comment jumeler une télécommande Amazon Fire TV Stick

Comment les États-Unis collectent les données météorologiques ?

La plupart des données météorologiques brutes des États-Unis proviennent de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), une division du ministère du Commerce du gouvernement fédéral. La NOAA est chargée de préserver les écosystèmes côtiers, de soutenir le commerce maritime (comme la pêche) et de mener des recherches sur le climat et la météorologie. Le National Weather Service (NWS), qui fournit des données sur le temps, l’eau et le climat, relève de la NOAA.

Le NWS recueille des données météorologiques de surface grâce à de nombreux systèmes automatisés d’observation de surface (ASOS). Ces systèmes sont exploités en partenariat avec la Federal Aviation Administration (FAA) et le Department of Defense (DoD) – oui, cela fait beaucoup d’acronymes. Les stations collectent en permanence des données sur l’état du ciel, la visibilité, la température ambiante, la pression, les obstacles à la vision (comme le brouillard), la vitesse du vent, etc. Il existe plus de 900 sites ASOS aux États-Unis, la plupart situés dans des aéroports. La FAA dispose d’une carte de toutes les stations d’observation.

Il existe également des stations de données plus anciennes, appelées AWOS (Automated Weather Observing System), qui constituent encore une partie des données météorologiques du gouvernement. Selon la NOAA, ces stations « transmettent généralement des données toutes les 20 minutes et, contrairement aux ASOS, ne transmettent pas d’observations spéciales en cas de changement rapide des conditions météorologiques ». Les deux types de stations météorologiques ne peuvent détecter les conditions météorologiques que directement au-dessus d’elles, de sorte que les données ASOS sont généralement complétées par des observations humaines.

Le NWS recueille également des données sur les océans, les lacs, les rivières et d’autres étendues d’eau grâce à un réseau de bouées automatisées. Des ballons météorologiques sont également utilisés deux fois par jour sur environ 92 sites aux États-Unis, ce qui permet de prévoir les prévisions et les tempêtes. En outre, la NOAA possède et exploite 11 satellites : cinq en orbite géostationnaire, cinq en orbite autour des pôles de la Terre et un placé plus loin, au point de Lagrange L1 entre le Soleil et la Terre. Six autres satellites sont exploités par la NOAA mais appartiennent à d’autres agences, telles que l’armée de l’air et la NASA.

A lire également :   Les meilleurs étuis pour iPad Pro 12,9 pouces 2022

Le vaste réseau de stations terrestres, de bouées, de ballons et de satellites fournit au gouvernement américain plus de données qu’il n’en faut pour rendre compte des conditions météorologiques actives et des prévisions. Vous pouvez consulter les données directement sur weather.gov, qui affiche les conditions actuelles, les prévisions, les cartes radar et même des données techniques pour n’importe quel endroit aux États-Unis. Conseil de pro : il s’agit d’un excellent site pour consulter la météo, qui ne vous bombarde pas de notifications push et d’articles d’actualité sans rapport avec le sujet.

Il est important de noter que la plupart des données de la NOAA sont publiques et qu’elles sont partagées directement avec des entreprises et d’autres organisations dans le cadre du programme NOAA Open Data Dissemination (NODD), notamment Amazon, Google, IBM et Microsoft. Par conséquent, la plupart des bulletins météorologiques aux États-Unis, en particulier les prévisions à long terme, sont basés dans une certaine mesure sur les données de la NOAA.

Comment les données atteignent votre application météo ?

De nombreuses applications et services météorologiques aux États-Unis ne se connectent pas directement aux données de la NOAA – ils utilisent une API d’une société tierce, qui peut également être mélangée avec des données provenant d’autres agences ou sociétés privées. Par exemple, IBM Cloud est un fournisseur mondial populaire de données météorologiques, qui utilise des données de la NOAA et de nombreuses autres sources, ainsi qu’un traitement supplémentaire à partir d’outils propriétaires, comme un supercalculateur construit sur mesure.

The Weather Channel et Weather Underground appartiennent tous deux à IBM et utilisent principalement les informations météorologiques d’IBM Cloud. Les API fournies par IBM, The Weather Channel et Weather Underground sont à leur tour utilisées par d’autres applications et services. Google utilise The Weather Channel pour les informations météorologiques. MSN Weather, qui apparaît dans Bing, Windows et d’autres services Microsoft, utilise principalement les données d’une société appelée Foreca, qui fusionne à son tour des données provenant de 50 sources différentes (dont la NOAA et le JPL aux États-Unis).

A lire également :   Comment utiliser Google Keep

Apple travaille depuis quelques années sur sa propre plateforme de données météorologiques. Elle a acquis l’application météo et le fournisseur de données Dark Sky en 2020, transformant l’API en WeatherKit, et mettant à jour l’application Météo sur tous les appareils Apple pour utiliser la plateforme de l’entreprise. Avant cela (iOS 15.2 et versions antérieures sur les iPhones), les applications météo d’Apple reposaient entièrement sur The Weather Channel. L’application Apple Weather elle-même mélange encore des données provenant d’autres sources, notamment la NOAA aux États-Unis, le Met Office au Royaume-Uni, etc.

Tout mélanger

Cela fait beaucoup d’informations à assimiler, alors résumons. Les applications météo obtiennent leurs informations auprès de fournisseurs de données tels qu’IBM, Apple Foreca et d’autres. Ces fournisseurs effectuent parfois des traitements spécialisés pour fournir des informations plus précises, ou mélangent des données provenant de stations météorologiques personnelles, mais la plupart des informations brutes proviennent d’agences gouvernementales telles que la NOAA. Ces agences partagent également des données, des ressources et de l’expertise entre elles.

Alors, où votre application météo trouve-t-elle ses informations ? La réponse est… beaucoup d’endroits ! Des dizaines d’agences gouvernementales, d’entreprises et de groupes connectés travaillent ensemble pour partager et améliorer leurs données respectives. Plusieurs applications différentes peuvent utiliser la même source de données pour les conditions actuelles d’un lieu spécifique – par exemple, une station automatisée appartenant à la NOAA. Les prévisions, les cartes radar et d’autres informations relèvent davantage d’un effort de collaboration.

Laisser un commentaire