Les guerres de consoles existent depuis que les gens ont le choix entre plusieurs systèmes, mais pourquoi existent-elles ? Il s’avère que les guerres de consoles ne sont que l’expression de la nature humaine au sens large.

Qu’est-ce qu’une guerre des consoles exactement ?

Au cas où vous ne seriez pas au courant des batailles menées au nom de la loyauté envers les marques de consoles, les guerres de consoles sont essentiellement l’animosité que ressentent les personnes qui préfèrent une console envers celles qui en préfèrent une autre.

Il ne suffit pas de chanter les louanges de la console de son choix, pour être un vrai guerrier des consoles, il faut démolir et détruire les consoles « ennemies ». Cela implique d’attaquer les fans de la console en question, de répandre le FUD (Fear Uncertainty and Doubt) et d’utiliser des tactiques manifestement malhonnêtes pour faire paraître les autres consoles aussi mauvaises que possible.

Voir la guerre des consoles se dérouler sur les médias sociaux, les forums, et parfois même dans la vie réelle, est un spectacle affreux à voir, mais d’après ce que nous avons appris sur les humains et la société, ce n’est pas si surprenant.

Il existe plusieurs théories issues du domaine de la psychologie qui permettent d’expliquer pourquoi les guerres de consoles se produisent, mais comme toujours, il est dangereux de trop simplifier tout ce qui concerne les gens. Considérez ces idées issues de la psychologie comme un moyen d’éclairer certaines parties du pourquoi des guerres de consoles, mais ce n’est probablement pas la totalité du tableau.

Les guerres de consoles semblent irrationnelles de l’extérieur

Si vous ne faites pas partie de ce phénomène, il peut sembler incroyablement étrange de l’extérieur. C’est notamment le cas avec la PlayStation 5 et la Xbox série X de génération. Ces consoles sont tellement similaires en termes de technologie et de performances qu’il est peu probable que quelqu’un puisse faire la différence entre un même jeu tournant sur les deux systèmes. Si l’on ajoute à cela que l’ère des jeux « exclusifs à la console » s’estompe grâce aux sorties sur PC des deux côtés de la barrière, on a vraiment l’impression que deux camps se battent pour des différences que personne d’autre ne peut voir.

À l’époque de la SNES et de la Sega Genesis, chaque console avait un caractère distinct pour ses jeux et littéralement des personnages distincts sous la forme de mascottes comme Mario et Sonic le Hérisson. Les fans de ces consoles se disputent encore aujourd’hui à leur sujet, mais les plates-formes de médias sociaux comme Twitter ont amplifié le phénomène, passant du badinage à quelque chose de bien plus désagréable. Les symptômes sont visibles pour tous, mais quelles sont les causes possibles ?

Rationalisation après achat

La rationalisation après achat est un candidat de choix pour déclencher la guerre des consoles. Il s’agit d’un type de préjugé dont les gens font preuve en rationalisant un produit qu’ils ont déjà acheté en se concentrant sur ses aspects positifs et en ignorant ou en minimisant ses aspects négatifs.

La logique est un peu la suivante : « Je suis une personne intelligente qui fait des choix intelligents. J’ai choisi d’acheter cette chose, donc, par conséquent, ce doit être le meilleur choix ». Une autre façon de voir ce type de rationalisation est que plus la validité de votre choix est remise en question par de nouvelles choses que vous apprenez ou des choses que les gens disent sur le produit, plus vous défendez cet achat. Il est plus facile d’ignorer la possibilité que vous avez fait un (possible) mauvais choix que d’admettre que vous avez pu faire une erreur ou que vous avez fait un compromis pour une raison ou une autre.

Ce préjugé alimente un autre type de comportement d’achat, dans lequel nous décidons d’acheter quelque chose non pas pour des raisons rationnelles, mais en fonction de ce que cela nous fait ressentir. Les spécialistes du marketing ont compris depuis longtemps que les produits qui créent un lien émotionnel avec les clients sont plus faciles à vendre. C’est pourquoi les publicités pour les voitures ne se contentent pas d’énumérer une série de spécifications. Au lieu de cela, elle vous montre le type de style de vie ou de personnes associé au produit.

Les différentes marques de consoles ont des personnages et des stéréotypes de style de vie qui leur sont associés. Il s’agit donc davantage de s’aligner sur un certain ensemble de valeurs que de choisir le meilleur matériel et les meilleurs services sur papier.

In-Groups, Out-Groups : Votre console est nulle

Les humains sont des animaux sociaux ; tout comme nos cousins primates, nous formons naturellement des groupes sociaux et nous nous préoccupons de la façon dont nous sommes perçus dans la société. La théorie de l’identité sociale propose la notion d' »in-groups » et d' »out-groups ». Les personnes appartenant au groupe d’appartenance vous ressemblent davantage et celles appartenant au groupe de non-appartenance vous ressemblent moins. Vous avez tendance à éprouver des sentiments plus positifs envers les membres de votre groupe qu’envers les « autres » de l’extérieur. Le groupe extérieur est associé à des stéréotypes négatifs et le groupe intérieur à des stéréotypes positifs.

Il existe un nombre infini d’éléments que les gens utilisent pour catégoriser les groupes internes et externes. Il peut s’agir de choses très importantes comme la religion, la nationalité, la politique, la race et l’ethnicité. Il peut également s’agir de catégories plus banales, comme la musique que vous écoutez ou la façon dont vous vous habillez. Il semble qu’il n’y ait rien que les gens n’utilisent pas pour catégoriser les autres, de sorte que les marques de console s’inscrivent parfaitement dans le paradigme de l’identité sociale.

Chaque personne appartient à une multitude de groupes, de sorte que la console que vous aimez ne constitue qu’une petite partie de votre identité sociale. Pour les guerriers de la console, la part de cette identité consacrée à la loyauté envers la marque peut être disproportionnellement plus importante, et le désir de se protéger contre les attaques perçues contre cette identité est également plus spectaculaire.

Il n’en faut pas beaucoup : Les groupes minimaux

Il peut être difficile de croire que les gens se classent en fonction d’éléments aussi banals qu’un appareil de jeu, mais les preuves sont nombreuses. Henri Tajfel, le même chercheur connu pour la théorie de l’identité sociale, a mis au point une méthode connue sous le nom de « paradigme des groupes minimaux ».

Il s’agit d’une méthode expérimentale qui permet de déterminer l’ensemble minimal de conditions à réunir pour que les gens se discriminent les uns les autres. Il s’avère que même si vous êtes trié au hasard dans des groupes arbitraires et que vous n’avez jamais vu d’autres membres de votre groupe, vous montrerez toujours un biais mesurable en faveur de votre propre groupe par rapport à l’autre groupe.

La guerre des consoles et la caverne des voleurs

Une expérience connexe célèbre de Muzafer Sherif, connue sous le nom de « Robbers Cave Experiment », a démontré cette partie de la nature humaine avec une efficacité brutale. Les chercheurs ont rassemblé vingt-deux garçons de 11 ans, dont la race, la religion, le statut économique, etc. ont été appariés autant que possible. En d’autres termes, ils font tous partie du même groupe d’appartenance général.

Les garçons ont ensuite été répartis au hasard en deux groupes, sans que les deux groupes ne se rencontrent au préalable. Ils ont été autorisés à créer des liens séparément par le biais d’activités coopératives. Cela a permis de démontrer comment les hiérarchies de groupe se forment dans des conditions contrôlées.

Les deux groupes ont ensuite été présentés l’un à l’autre et ont été mis en concurrence pour l’attribution de prix au groupe gagnant. L’animosité du groupe a rapidement atteint un tel sommet que les garçons des deux camps ont dû être physiquement séparés.

Les détails complets de l’expérience méritent d’être lus, mais ce microcosme de conflit entre groupes ressemble vraiment à un reflet des guerres de consoles (et d’autres conflits similaires), malgré le fait que si ces deux groupes n’avaient pas été séparés avant de se rencontrer, ils auraient très probablement tous été amis !