Pour l’instant, être en colère contre son ordinateur ne sert à rien, mais que se passerait-il si votre logiciel pouvait tenir compte de votre humeur ? L’informatique affective permet à un ordinateur de détecter et d’interpréter votre état émotionnel (affect) et de l’utiliser comme une forme d’entrée.

L’intelligence artificielle (affective)

En 1995, Rosalind Picard a publié un article et un livre décrivant les principes fondamentaux de l’informatique affective. L’idée est de doter les ordinateurs d’une intelligence émotionnelle (QE) en plus de l’intelligence analytique qui les rend si utiles.

L’informatique affective permet à un système informatique d’analyser les indicateurs émotionnels d’un être humain, tels que l’expression faciale, le ton de la voix, le langage corporel et les mots, pour obtenir des informations sur son état mental.

Une fois que l’ordinateur est sûr de ce que ressent son utilisateur, il réagit d’une manière qui est (espérons-le) bénéfique pour l’utilisateur. Il existe de nombreuses façons pour les ordinateurs d’utiliser ces informations.

Vous vous souvenez de Clippy, l’assistant de Microsoft Office ? Imaginez que Clippy puisse savoir quand vous êtes réellement frustré et qu’il n’apparaisse que lorsque vous avez vraiment besoin d’aide, et non pas lorsque vous essayez simplement de faire votre travail.

L’informatique affective pourrait même être utilisée de manière très efficace dans les jeux, les applications de réalité virtuelle ou lors de l’interaction avec des interfaces informatiques naturelles telles que Siri.

L’UNESCO FAIT AVANCER LA « DÉCLARATION UNIVERSELLE » SUR L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Les ordinateurs deviennent bons en matière de visages

Les humains expriment leurs émotions de diverses manières, mais notre visage est la principale toile sur laquelle nous peignons nos sentiments pour que le monde entier puisse les voir. Même le meilleur visage de poker ne peut cacher de minuscules micro-expressions, même si l’on ne sait toujours pas comment les interpréter.

Lorsque le premier article sur l’informatique affective a été rédigé, le défi consistant à faire reconnaître et interpréter un visage humain par un ordinateur était vraiment colossal. Aujourd’hui, nous disposons de matériel d’apprentissage automatique efficace dans nos gadgets, capable de reconnaître et de cartographier un visage en quelques fractions de seconde.

Bien sûr, il faut plus que la simple capacité de reconnaître et de cartographier un visage pour en tirer des informations affectives, mais au moins, nous pouvons maintenant obtenir les informations faciales brutes avec une relative facilité. Cette même technologie d’apprentissage automatique, combinée à des masses de données faciales, permettra probablement d’extraire les informations les plus importantes sur les émotions dont nous avons besoin pour que l’informatique affective fonctionne bien.

Nous traitons nos ordinateurs comme des êtres humains

Les interfaces des ordinateurs nous ressemblent de plus en plus chaque jour. Les êtres vivants comme les humains mettent des millions d’années à changer, mais nos ordinateurs évoluent et s’améliorent à la vitesse de l’éclair.

Au début, les ordinateurs simples nécessitaient que nous nous adaptions à eux en utilisant des cartes perforées, un langage informatique cryptique, des invites de commande et, finalement, les interfaces utilisateur graphiques d’aujourd’hui. Les écrans tactiles ont contribué à rendre les ordinateurs plus faciles à prendre en main et à utiliser pour tous, car ils traduisent notre intelligence spatiale innée en un format numérique.

Aujourd’hui, les ordinateurs sont suffisamment puissants pour comprendre la parole naturelle. Il est plus probable que vous ayez affaire à un agent virtuel lorsque vous demandez de l’aide ou des informations. Nous avons des assistants vocaux partout.

Alors que les interfaces informatiques deviennent de plus en plus intuitives et naturelles, l’ajout d’informations émotionnelles à cette interaction pourrait transformer le fonctionnement de ces interfaces.

Les émotions sont difficiles à vivre pour les humains aussi

Bien que nous ayons évolué pour comprendre et exprimer les émotions, les humains se trompent tout le temps. Si certaines personnes semblent avoir un niveau d’intelligence émotionnelle presque surnaturel, pour la plupart des gens, cela reste une tâche complexe.

Ainsi, si l’informatique affective semble être une excellente idée sur le papier, dans la pratique, ce n’est pas si simple. Même avec toutes les nouvelles technologies étonnantes dont nous disposons. Il est raisonnable de penser que les premiers systèmes qui utiliseront cette approche dans le grand public se concentreront sur un petit ensemble d’expressions émotionnelles grossières.

Si votre ordinateur sait que vous êtes épuisé, il pourrait vous suggérer de faire une pause. S’il sait que certaines images de votre diaporama de fond d’écran vous rendent plus heureux que d’autres, il pourrait les mettre en rotation élevée ou ajouter d’autres images similaires.

Il est clair que l’informatique affective peut nous apporter de nombreux avantages, mais ne vous attendez pas à ce qu’elle soit parfaite dès le premier jour !

Le côté obscur de l’informatique affective

L’informatique affective représente une avancée importante dans la manière dont les gens interagissent avec les machines, mais elle ouvre également la voie à de nouvelles formes d’exploitation.

La psychologie du marketing est déjà experte dans la manipulation de nos émotions pour modifier notre comportement d’achat. C’est pourquoi une publicité pour une voiture met l’accent sur les sensations qu’elle procure plutôt que sur sa puissance ou son rendement énergétique.

Une grande partie de nos décisions sont prises sous le coup de l’émotion. Imaginez donc que les sociétés de médias sociaux puissent lire votre réaction émotionnelle aux messages ou aux publicités. Un jour, vous devrez peut-être appuyer sur un bouton « autorisations d’analyse émotionnelle » en plus de ceux qui autorisent l’utilisation de votre appareil photo ou de votre microphone.