Un bon microphone est essentiel pour l’enregistrement audio. Lorsque vous magasinez pour votre microphone, vous avez probablement vu des micros USB et des micros XLR. Quelle est la différence entre les deux et quelle est la meilleure solution pour vos besoins d’enregistrement ?

Principes de base des microphones

Les microphones traditionnels se composent d’une capsule, qui capture le son, et d’un circuit qui relie la capsule à la sortie. La plupart des microphones se connectent via des câbles XLR, mais vous trouverez certains microphones qui utilisent un connecteur TS de 1/4 de pouce.

Tout microphone nécessite un préampli, car la sortie des microphones est généralement très silencieuse. Le préamplificateur élève le volume du signal du microphone à un niveau suffisamment élevé pour que d’autres équipements audio puissent fonctionner avec lui. De nos jours, dans la plupart des cas, l’étape suivante consiste à transférer le signal audio dans un ordinateur.

Pour faire entrer le son dans votre ordinateur, vous avez besoin d’une interface audio, qui prend le signal audio et le convertit dans un format numérique pour le faire entrer dans votre ordinateur. Si certaines interfaces se contentent de convertir le signal analogique en signal numérique, la plupart des interfaces comprennent des préamplis. Cela signifie qu’il vous suffit de brancher votre microphone et de monter le volume jusqu’à ce que vous puissiez entendre ce que vous enregistrez.

Les meilleurs microphones de jeu 2022

Comment les microphones USB sont différents des microphones XLR

En ce qui concerne la partie microphone proprement dite, les microphones USB ne sont pas différents des microphones traditionnels. Ils utilisent le même type de capsule et de circuit que les microphones traditionnels.

La différence entre un micro USB et un micro XLR traditionnel est que le micro USB contient effectivement un préampli et une interface audio. Les microphones USB ont généralement un bouton de volume directement sur le micro, qui contrôle le niveau du préampli.

Grâce à l’interface intégrée dans un microphone USB, vous n’avez pas besoin d’équipement supplémentaire pour l’utiliser. Il suffit de brancher le câble USB sur votre ordinateur, de lancer la station de travail audionumérique (DAW) ou l’application de streaming de votre choix, et de commencer à enregistrer.

Bien sûr, la nature tout-en-un d’un microphone USB a ses inconvénients. Vous ne pouvez pas opter pour un préampli ou une interface de meilleure qualité, ce qui vous prive de toute possibilité de personnalisation. En fonction du prix, les microphones USB peuvent lésiner sur les composants internes, de sorte que la qualité sonore n’est pas toujours aussi bonne que celle des microphones XLR haut de gamme.

De même, certains microphones utilisent des capsules et des composants moins chers, puis façonnent le signal avec un traitement numérique du signal (DSP). Le son peut être bon, mais dans de nombreux cas, il est préférable d’opter pour un microphone USB qui offre un signal pur et non filtré.

Quand utiliser un microphone USB ?

Que vous soyez débutant ou que vous ne souhaitiez pas vous encombrer d’une interface audio séparée, il est pratique que les microphones USB incluent tout ce dont vous avez besoin dans un seul emballage. Parfois, ils sont même livrés avec des pieds intégrés, une caractéristique que vous trouverez rarement sur les microphones USB.

Cette simplicité rend également la configuration des microphones USB beaucoup plus facile que celle des microphones XLR. Les interfaces audio intégrées aux microphones USB sont souvent conformes à la classe USB. Cela signifie que vous pouvez les brancher et commencer à les utiliser sans installer de pilotes.

En raison de l’interface audio interne, les microphones USB ont généralement plus d’options disponibles que les microphones XLR. Par exemple, de nombreux microphones USB disposent de boutons pour contrôler le gain du préampli, de prises casque intégrées avec des contrôles de volume dédiés et de boutons de sourdine intégrés. Le bouton de mise en sourdine est particulièrement utile si vous utilisez le microphone pour le streaming ou les appels vidéo.

En gros, si vous recherchez un microphone pour une utilisation plus occasionnelle, un microphone USB est plus facile à configurer et à utiliser, et comprend tout ce dont vous avez besoin. Mais ils ne sont pas uniquement destinés à un usage occasionnel. Même pour les professionnels de l’audio, la facilité de connexion et la portabilité font que les microphones USB peuvent être utiles pour l’enregistrement sur le terrain.

Quand utiliser un microphone XLR ?

Si vous enregistrez de la musique ou si vous voulez simplement avoir plus de contrôle sur votre chaîne de signaux, un microphone XLR est une meilleure option qu’un microphone USB. Oui, vous aurez besoin d’une interface audio, et peut-être même d’un ou deux préamplis externes. Cela dit, ce qui est pratique avec les microphones XLR, c’est qu’ils sont compatibles avec les équipements audio modernes et ceux qui sont utilisés depuis les années 1960.

Comme chaque composant de votre chaîne de signal est une pièce distincte avec les microphones XLR, vous pouvez choisir avec soin une combinaison de microphone, de préampli et de convertisseurs numériques-analogiques (CNA). Cela vous donne beaucoup plus de contrôle sur la façon dont vous pouvez sculpter le signal audio.

Cette configuration signifie également que si une seule pièce d’équipement tombe en panne, vous n’avez pas besoin de remplacer toute la chaîne. Le fait de pouvoir remplacer un microphone tout en conservant le préampli, l’interface audio et tout autre composant de la chaîne du signal peut potentiellement vous faire économiser de l’argent. Cela est particulièrement vrai si le microphone est le composant le moins cher de la chaîne, ce qui est souvent le cas.

Si vous envisagez d’élargir vos options audio à l’avenir, vous pouvez opter pour un microphone XLR. Oui, vous devrez l’associer à une interface audio, mais les interfaces d’entrée de gamme comme l’Universal Audio Volt 2 ne sont pas très chères et vous offrent une grande marge de manœuvre.