Écoutez cet article

La vitesse de votre connexion internet est mesurée en mégabits par seconde, mais l’espace SSD de votre ordinateur est mesuré en mégaoctets. Ces deux unités mesurent une quantité de données binaires, alors pourquoi ne pas utiliser l’une ou l’autre pour tout ?

Mégabits ou mégaoctets : Quelle est la différence ?

Un bit ou « chiffre binaire » est le plus petit élément d’information dans un système informatique binaire. Un bit peut être un un ou un zéro, et les bits sont représentés de nombreuses façons différentes : sous forme de cellules de mémoire dans un disque dur SSD, sous forme de puits et d’arêtes sur un disque Blu-ray, ou sous forme de motifs magnétiques sur le plateau d’un disque dur.

Un mégabit est un million de bits, ce qui équivaut à 125 kilo-octets. En d’autres termes, un seul mégaoctet contient huit mégabits de données. Ainsi, en théorie, une connexion réseau de 1000 Mbps (Megabits par seconde) peut transférer 125 MB/s (Megabytes par seconde) de données.

Mbps et Mb/s font référence à des mégabits, et MBps et MB/s à des mégaoctets. Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi tant de personnes confondent les deux, ce qui les amène à surestimer ou sous-estimer considérablement la vitesse de quelque chose.

Pourquoi mesurer la vitesse en mégabits et le stockage en mégaoctets ?

Il est difficile de voir immédiatement pourquoi on choisit soit les mégabits, soit les mégaoctets pour une mesure donnée. Après tout, lorsque vous transférez un fichier sous Windows, la mesure affichée est en MB/s et non en Mbps. Ce n’est donc pas comme si vous ne pouviez pas mesurer les vitesses de transfert de données dans la plus grande unité.

Cependant, un octet est un arrangement spécifique de bits qui fait partie d’une norme particulière. Les bits sont universels à tout système informatique binaire. Même si des extraterrestres développaient des systèmes informatiques binaires, le bit resterait l’unité fondamentale de données. Aujourd’hui, un octet comporte huit bits, car il faut huit bits pour représenter chaque caractère dans le système de codage ASCII. Toutefois, les octets auraient pu être constitués d’un nombre différent et arbitraire de bits.

Avec le transfert de données en réseau, le système ne transfère pas des octets, mais des bits. En connaissant le nombre de bits bruts pouvant être envoyés et reçus, vous disposez d’une mesure universelle de la bande passante du réseau.

Lorsque nous parlons de périphériques de stockage tels que les disques durs ou les disques SSD, le disque est formaté pour stocker des données conformément à l’octet standard. Un disque n’est pas un arrangement de bits simples mais d’octets de 8 bits. Il est donc logique de mesurer son stockage total en tant que multiple de cette unité plutôt que du bit.

Ironiquement, il existe également une différence d’unité avec les disques durs. Les fabricants de disques durs définissent un kilooctet comme 1000 octets, un mégaoctet comme 1000 kilooctets, etc. Windows, en revanche, utilise des groupes de 1024, conformément à la convention des fabricants de RAM.

C’est pourquoi un disque dur de 1 To apparaît comme un disque de 931 Go dans Windows, même s’ils décrivent tous deux exactement le même nombre de bits. Cela montre bien pourquoi la mesure du taux de transfert de données en bits est la méthode la plus sensée, puisque les normes arbitraires ne brouillent pas les pistes.

Utilisez simplement la règle de huit

Si vous prenez soin de vérifier si ce sont des bits ou des octets qui sont utilisés, la conversion de l’un à l’autre est aussi simple que de multiplier ou de diviser par huit. Tant que vous vous rappelez qu’il y a huit mégabits dans un mégaoctet, vous aurez une meilleure idée de la vitesse ou du volume auquel vous avez affaire.