L’overclocking est une tradition sacrée chez les passionnés de PC pour obtenir le meilleur de leur silicium. Cependant, avec les progrès de la fabrication et de la gestion automatisée des performances, l’overclocking de votre ordinateur a-t-il encore un sens ? Si l’overclocking n’est pas mort, à qui sert-il ?

Le quoi et le pourquoi de l’overclocking

L’overclocking force un processeur ou un composant semi-conducteur (tel qu’un GPU, un CPU ou une RAM) à fonctionner à des fréquences plus élevées que les spécifications d’usine approuvées. Souvent, la seule différence entre deux CPU, par exemple, est la fréquence. Pourtant, le CPU avec le numéro de fréquence d’horloge le plus élevé coûte plus cher. Même lorsque deux CPU sont physiquement différents, un CPU moins cher peut surpasser un CPU plus cher si vous poussez suffisamment ses horloges. Si vous disposez déjà d’une puce de premier ordre, l’overclocking peut la pousser dans une fourchette de performances qu’aucun ordinateur d’origine ne peut égaler.

L’overclocking a été un moyen d’obtenir une mise à niveau gratuite pour de nombreux passionnés de PC disposant d’un budget limité. En échange de quelques heures de bricolage et de tests, votre ordinateur peut être aussi performant qu’un système plus coûteux. En supposant que vous trouviez un overclock stable, vous obtenez les meilleures performances possibles pour votre argent.

L’overclocking est possible en premier lieu en raison des incohérences dans le processus de fabrication des puces. Deux puces apparemment identiques vont tolérer des tensions et des fréquences différentes. Cette variation est généralement plus prononcée au début de la vie de fabrication d’un nouveau microprocesseur. Ainsi, les unités qui tolèrent en toute sécurité des niveaux de performance plus élevés sont « regroupées » dans des modèles plus chers, et celles qui ne peuvent supporter que des niveaux de performance inférieurs (ou qui présentent des défauts nécessitant la désactivation des cœurs) sont regroupées dans des modèles de produits moins chers.

Au fil du temps, le processus de fabrication s’améliore, ce qui signifie que le stock de processeurs de moindre qualité devient suffisamment faible pour que les unités de meilleure qualité soient intégrées dans des gammes de produits moins chères, car elles se vendent en plus grand nombre. Si vous gagnez cette « loterie du silicium », vous pouvez pousser le processeur jusqu’aux niveaux qu’il peut réellement tolérer. Même sans obtenir des pièces mieux assemblées dans les catégories de produits moins chères, les horloges d’usine sont généralement une moyenne relativement conservatrice, ce qui signifie qu’un bon pourcentage de CPU aura au moins un peu plus de marge de manœuvre.

Les CPU et GPU modernes s' »overclockent » eux-mêmes

Au fil des ans, les fabricants de puces ont entretenu une relation d’amour-haine avec les overclockers. Ils verrouillent parfois les puces les moins chères pour empêcher les clients avertis d’obtenir des performances « gratuites ». Ensuite, nous avons des produits tels que les CPU Intel enthousiastes débloqués « K » qui ne sont pas livrés avec un refroidisseur de série et qui permettent d’augmenter la vitesse d’horloge sans déstabiliser les autres composants.

Après des années où la communauté de l’overclocking a réglé manuellement le meilleur de ses ordinateurs, les fabricants de puces ont eux-mêmes attrapé le virus. Les processeurs modernes augmentent dynamiquement leurs performances dans les limites de la puissance et du refroidissement de l’ordinateur. Donnez à un processeur Intel ou AMD moderne suffisamment de marge de manœuvre et il se poussera jusqu’aux limites de ses performances. Cette forme automatisée d' »overclocking » signifie que la puce tire presque toutes les performances de son silicium qu’elle peut gérer dès sa sortie de l’emballage. Puisque c’est officiel et automatique, ce n’est pas de l' »overclocking » au sens traditionnel, mais le résultat est le même.

Même l’overclocking manuel de bonne foi est devenu hautement automatisé. Les applications officielles d’overclocking utilisent un algorithme d’intelligence artificielle pour overclocker et tester la stabilité de la puce spécifique de votre système, obtenant souvent un résultat très proche de l’overclocking humain, mais en quelques minutes au lieu d’heures ou de jours. Bien qu’un overclocker humain puisse éventuellement trouver un niveau de performance plus élevé, la quantité de travail requise ne vaut généralement pas le petit gain supplémentaire. Que vous laissiez la puce se gérer elle-même ou que vous tentiez un overclocking automatisé, les résultats finaux en termes de performances au quotidien seront probablement assez similaires.

L’undervolting offre de meilleurs gains

Si l’overclocking n’a plus autant d’attrait que par le passé, cela ne signifie pas que d’autres aspects de la technologie des microprocesseurs ne sont pas prêts à être modifiés. L’undervolting, qui consiste à réduire la tension électrique allant au processeur, est un autre moyen d’obtenir encore plus de performances d’un ordinateur.

Certains processeurs peuvent fonctionner à des tensions inférieures dans la loterie de silicium sans devenir instables. Cela affecte directement la température et peut permettre à un processeur d’atteindre des niveaux de performance plus élevés que sous sa tension standard, tout en restant dans les limites de la vitesse d’horloge maximale fixée en usine.

La fin de l’overclocker de base

Compte tenu de la capacité des processeurs à maximiser automatiquement leurs performances en fonction des paramètres de refroidissement et d’alimentation que vous fournissez, les utilisateurs moyens qui overclockent pour obtenir de meilleures performances au quotidien n’ont plus de raison de s’inquiéter. Même l’utilisation de l’overclocking algorithmique automatisé pour aller au-delà de la plage d’horloge de boost d’usine ne vaut probablement pas la peine pour les performances supplémentaires offertes aux utilisateurs moyens qui recherchent plus de performances.

Bien que vous puissiez certainement faire mieux que la solution automatique dans de nombreux cas, la différence entre votre meilleur overclock utilisable et ce que le processeur peut faire par lui-même ne vaut pas l’investissement en temps. Il est bien plus efficace de se concentrer sur l’alimentation et le refroidissement adéquats de votre ordinateur pour qu’il puisse se dégourdir les jambes plutôt que de passer des jours à faire tourner Prime 95 pour obtenir 100 MHz supplémentaires à une température qui ne fera rien fondre.

L’overclocking extrême et enthousiaste est bien vivant.

L’overclocking pour tirer le maximum de votre ordinateur quotidien n’a peut-être plus autant de sens qu’avant, mais il existe d’autres types d’overclockers qui pratiquent cet art pour une toute autre raison.

Les overclockers passionnés veulent tirer le maximum de performances de leur ordinateur, quels que soient le temps et les efforts nécessaires. Il ne s’agit pas seulement d’un moyen de parvenir à une fin, mais du plaisir de bricoler et de régler sa machine. En ce sens, ils ont beaucoup de points communs avec la culture du tuning automobile.

Les compétiteurs d’overclocking extrême sont un autre exemple d’overclocking qui n’est pas prêt de disparaître. Dans ce cas, l’idée n’est pas de créer quelque chose de pratique mais de repousser les limites à tout prix. Ces personnes enduisent les cartes mères de vaseline et versent de l’azote liquide (LN2) sur leurs processeurs. Dans un retournement de situation majeur par rapport aux décennies précédentes, des sociétés comme Intel accueillent ces adeptes du tuning extrême, se vantant même de ce que les overclockers extrêmes peuvent faire avec leurs produits avant leur sortie.

Ces scènes d’overclocking hardcore ont toujours été une niche et une passion, elles continuent donc à exister malgré le sort réservé à la pratique courante.