Microsoft a annoncé au début de l’année qu’elle bloquerait les macros VBA dans les documents Office téléchargés, en raison de leur popularité pour la diffusion de logiciels malveillants. Cependant, ces plans sont maintenant en suspens.

Bleeping Computer rapporte que Microsoft revient sur le changement qui bloquait les macros dans les documents Word, Excel et PowerPoint téléchargés sur le Web. L’entreprise a déclaré dans le centre de messages de Microsoft 365 : « Sur la base des commentaires reçus, nous annulons cette modification de Current Channel. Nous apprécions les commentaires que nous avons reçus jusqu’à présent et nous nous efforçons d’apporter des améliorations à cette expérience. Nous fournirons une autre mise à jour lorsque nous serons prêts à publier à nouveau Current Channel. »

HACK DU REGISTRE : MODIFIER LA LIMITE D’ANNULATION DANS MICROSOFT OFFICE

Les macros VBA (Visual Basic for Applications) ont été introduites pour la première fois dans Office 97 et sont actuellement disponibles sur Windows et Mac. Elles peuvent être utilisées pour automatiser l’édition de documents et l’interface avec le système d’exploitation sous-jacent, ainsi que pour envoyer des données entre les applications Office. La nature sans restriction des macros (et la popularité des applications Office) en a fait un choix populaire pour la distribution de logiciels malveillants. Un ordinateur peut être compromis si une personne télécharge un document Word, puis autorise l’exécution de la macro lorsqu’elle y est invitée.

Microsoft avait auparavant prévu de bloquer l’exécution des macros dans Access, Excel, PowerPoint, Visio et Word. La mise à jour n’était pas non plus limitée aux dernières versions de Microsoft Office – Microsoft a déclaré en février que les macros dans les fichiers téléchargés seraient bloquées dans Office LTSC, Office 2021, Office 2019, Office 2016 et Office 2013. Microsoft avait déjà déployé le changement dans certains canaux de prévisualisation.

Il n’y a pas encore d’explication complète sur la raison pour laquelle Microsoft revient sur cette décision juste avant qu’elle soit prévue pour être déployée à tout le monde. La société a déclaré à Bleeping Computer qu’elle « n’a rien de plus à partager ».